[News] News du dimanche

septembre 5, 2021
in Category: News, UNE
0 682 41
[News] News du dimanche

En ce premier dimanche de septembre, on retrouvera avec plaisir les nouvelles aventures d’Ovaine (Tristan Felix)… Mais auparavant, nos Libr-livres reçus et Libr-événements, puis l’agenda de Sandra Moussempès

 

Libr-livres reçus

► Emmanuèle JAWAD, Interférences, Presses du réel, coll. « Al dante », septembre 2021, 72 pages, 10 €.

Quatrième de couverture. Interférences est composé de trois séries de poèmes, construits comme des photographies textuelles. Le matériau de cette poésie croise souvenirs collectifs (manifestations contre la guerre du Golfe…), actualité sociale et inserts intimistes, dans une logique de télescopage et/ou de brouillage des données.

On photographie l’appareil en train de filmer on la photographie qui regarde l’appareil en train de filmer très clairs d’avant comme observant avec fixité les épreuves se développent chromogènes lignant les cavités géométriques franchir les rectangles d’eau une distribution dans des récipients mesurés la rupture est une gorge encaissée de plus près des dalles cassées après extraction.

 

► Claude MINIÈRE, Quel avenir pour Cavalcanti ?, Louise Bottu, coll. « Inactuels / Intempestifs », été 2021, 50 pages, 9 €.

La poésie : quel engagement ? La question n’est pas nouvelle ; Cavalcanti, ami (et ennemi) de Dante, est un exemple des plus modernes. Le présent rappel de son art et de sa vie appartient à une réflexion plus large que Claude Minière illustrait déjà avec Pound caractère chinois (Gallimard, coll. L’Infini, 2006).

« Il pourrait déclarer : mon idéal fait l’actualité. Serait-il possible aujourd’hui à un poète de déployer un thème, secret-manifeste, lorsque les écrivains sont attendus sur des « faits de société » tels quasiment des journalistes sur ce que l’on appelle l’actualité ! » (p. 46).

 

Libr-événements à la UNE

le samedi 11 septembre 2021, à 15h00 au CipM de Marseille,

Christian Prigent et Vanda Benes
Retour aux jardins
Rencontre Duo
Le samedi 11 septembre à 11h, Cipm

Le dérisoire héros des Enfances Chino (P.O.L, 2013), des Amours Chino (P.O.L, 2016) et de Chino aime le sport (P.O.L, 2017) revient dans Chino au jardin (P.O.L, 2021) sur les lieux de sa vie. Ce sont surtout des « jardins ». Ceux des enfances délicieuses ou suppliciées. Puis leurs restes encroûtés de zones, parkings, hypermarchés. Partout, un monde fou : jardiniers ivrognes, fillettes bocagères, galopins des friches, poètes en vadrouille… Corps, arbres, bêtes, outils, étoiles, cailloux, tout parle. De quoi ? peurs, plaisirs, amours pas qu’enfantines, vocation au poème, haine des Grandes Têtes Molles. L’Histoire marque à la culotte les morts et les vivants qui passent : la guerre d’Indochine, l’Algérie, les Trente Glorieuses puis le règne des Gorgibus bancaires. Jusqu’aux Gilets jaunes campés sur des ronds-points autrefois horticoles.

On lira quelques passages, à deux voix (avec la comédienne Vanda Benes). Puis on parlera de ce livre et de ce dont il vient : un parcours entamé du temps des « avant-gardes » et de la revue TXT puis reconfiguré par diverses plongées, pensives, poétiques ou romanesques, dans les expériences d’une vie d’écriture.

 

Et aussi
Mathias Richard, Antoine Boute, Beurk, Tyfen Guilloux, Nora Neko, Annabelle Verhaeghe

 

Caméras Animales
Éditions d’attaque
Rencontre et lectures autour des éditions Caméras animales

Le samedi 11 septembre 2021 à 15h, Cipm (reservation@cipmarseille.fr)

Présentation
Mathias Richard

Lectures et performances
Antoine Boute, Beurk, Tyfen Guilloux,
Nora Neko, Mathias Richard, Annabelle Verhaeghe

« Caméras Animales est une structure d’édition de littérature contemporaine (livres papier et numériques), un label musical (formats CD et numériques), une plateforme multidisciplinaire organisant des événements physiques (lectures, performances, vidéos, rassemblements…) et diffusant des œuvres via internet (site, blogs).

La structure est créée en 2003 à Paris et à Tours par Mathias et François Richard. Elle est actuellement codirigée par Mathias Richard et Nikola Akileus, depuis Marseille et Cherbourg.

Caméras Animales est principalement orientée formes littéraires hybrides (hybridant poésie, récit, essai, document, arts…), transgenres. Des points de vue radicaux, volontaristes, en rupture, ou témoins, symptomatiques, révélateurs.
Écrivants = proto-caméras, biocams. Chaque livre = boîte noire !

Dans plusieurs livres Caméras Animales crée, propose, défend des poétiques influencées par internet, un retour du web vers le livre, un retour vers le livre d’écritures et expériences développées sur la toile (blogs collectifs par exemple).

Chaque livre est très différent des autres. Dans une économie et un contexte extrêmement peu favorables, nous publions peu. Chaque livre est mûri. C’est une démarche franc-tireur, diy (do it yourself). Une démarche à long terme. »

camerasanimales.com

 

Agenda de Sandra Moussempes

♦ 16 septembre : lecture « Lettres aux jeunes poétesses »,librairie Le pieds à terre (18ème) 19h avec également Adel Tincelin, Marina Skalova, Wendy Delorme, Claire Finch, Ryoko Sekiguchi, Chloé Delaume

♦ 18 septembre : Atelier d’écriture, Baudelaire Poetry Day, Festival Extra ! 14h30 BPI Centre Pompidou (une douzaine de places)

♦ 20 septembre : rencontre/lecture « Lettres aux jeunes poétesses » librairie Les Impromptus (11ème) 19h avec également Sonia Chiambretto, Rim Battal, Ryoko Sekiguchi, Camille Cornu

♦ 23 septembre : lecture « Lettres aux jeunes poétesses » Maison de la poésie de Paris (3ème) 19h avec également Chloé Delaume, Édith Azam, Rim Battal, Marina Skalova, etaïnn zwer cheffe d’orchestre : Aurélie Olivier

♦ 9 octobre : périphérie du Marché de la Poésie, lecture à Leyde Librairie Index Poetry Books Hollande avec également Jean-Marie Gleize.

 

Les nouvelles aventures d’Ovaine / Tristan Felix/

♦ Le cœur d’Ovaine est d’heure en heure plus affectueur.

Chaque être qu’entre ses bras dodus elle étreint se plaint deux laps plus tard d’une affection cardiaque.

Un soir d’automne, chez un cardioloque elle se rend, qui lui tient ce langage :

– J’ai en stock des bras tout minces d’un capricorne accidenté. Ils sont très frais et bio.

La greffe prend et Ovaine, qui en pince, si délicatement embrasse le cardioloque qu’embarrassé il ne sent plus rien qu’une enveloppe vide.

Ovaine en sa métamorphose alors se recroqueville sur sa mue d’être à peine ému.

 

♦ Ovaine vient par effraction d’être numérisée de fond en comble au sortir de son trou.

Sauf que son humérus résiste. Ah ! Ah ! L’a pas fini de grandir çui – là et serait plutôt d’humeur à s’iriser dans un éclair de Zeus.

Homère le griot, au taquet, le brandit au ciel en poussant un cri d’orage.

L’humérus éructe alors mille ovexandrins dans un tourbillon de balayette.

L’Olympe, balayée d’un coup, tombe à pic dans le domaine public.

Et Ovaine, le bras en écharpe, de signer sa dernière épopée devant un ossuaire en délire.

, , , , , , , , , , , , ,
Fabrice Thumerel
Fabrice Thumerel

Critique et chercheur international spécialisé dans le contemporain (littérature et sciences humaines).

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *