[Chronique] Sébastien Ecorce, De la démocratie apparente à la notion de kleptocratie (Le cas de la Russie sous Eltsine)

[Chronique] Sébastien Ecorce, De la démocratie apparente à la notion de kleptocratie (Le cas de la Russie sous Eltsine)

février 5, 2022
in Category: chronique, UNE
0 2141 20
[Chronique] Sébastien Ecorce, De la démocratie apparente à la notion de kleptocratie (Le cas de la Russie sous Eltsine)

En schématisant, il s’agit de la façon dont la Russie est passée du socialisme d’État, non pas ce qui était désigné ou proclamé dans les médias à « pensées uniques » comme l’économie de marché, mais à un régime plus diffus de kleptocrates et de masse.

Le jugement sur le régime d’Eltsine est sévère et juste. Pour certains observateurs et analystes, par exemple : « Pour le peuple russe, l’ère d’Eltsine a été le plus grand désastre (économiquement, socialement et démographiquement) depuis l’invasion nazie en 1941 »…

En réalité, ce qui s’est opéré, c’est la privatisation de toutes les fonctions gouvernementales et le transfert de richesse auquel pendant des décennies, voire un siècle, des millions de personnes ont contribué, ayant souvent reçu des salaires misérables. Cette richesse créée par des millions et possédée par l’État a ensuite été gaspillée ou donnée à plusieurs centaines d’individus, la plupart sans aucun mérite si ce n’est la capacité de manipuler les autres, de savoir diriger des milices privées et d’être libre de toute morale scrupule. Ils devinrent ainsi immensément riches.

A son actif, il faudrait distingue les kleptocrates qui voulaient au moins créer quelque chose, c’est-à-dire maintenir ou créer des entreprises en marche, des kleptocrates dont l’objectif était de détruire le plus d’entreprises possible. Parmi le premier groupe, nous plaçons Vadit Alekperov, alors et maintenant directeur et copropriétaire de Lukoil, et même en partie Gusinski (actuellement en exil en Israël), et dans la deuxième catégorie, Berezovsky, Abramovich et bien d’autres, à peine moins mal ou moins achevé dans leurs mauvaises intentions.

Expliquons très clairement le mode opératoire des destructeurs, principalement à travers les actions de Berezovsky et ses déclarations directes recueillies dans les interviews. L’approche des destructeurs était simple, efficace et apparemment jamais imaginée par les centaines de « conseillers » américains et occidentaux créatifs et hautement rémunérés du gouvernement Eltsine. Au lieu que la privatisation soit utilisée pour augmenter l’efficacité des entreprises comme le croyaient ces ingénieux, elle a été utilisée par Berezovsky et d’autres pour détruire les entreprises. La première et la plus importante étape a été la « privatisation des bénéfices ». Berezovsky l’a découvert au début des années 1990 lorsqu’il a « fait une descente » dans un grand constructeur automobile Avtovaz et il a continué à l’appliquer même depuis.

L’approche consiste à coopter le management des entreprises cibles soit par incitation financière (partage du butin) soit par des menaces qui, si elles ne sont pas opérantes, ont conduit dans de nombreux cas des dirigeants réticents à se noyer brutalement dans les rivières ou à sauter par les fenêtres. Une fois la direction cooptée, elle prend intentionnellement des décisions qui vont à l’encontre des intérêts de l’entreprise et de ses salariés. Dans le cas de Berezovsky et Avtovaz, cela signifiait que l’entreprise vendait ses voitures à un prix inférieur au coût de production aux concessionnaires automobiles établis par Berezovsky. Très simple : si le coût de production d’une voiture est de 100, vous la vendez à Berezovsky pour 50 ; il le vend ensuite aux clients pour 200 (prix du marché). Il en prend 150 et le partage avec vous ; l’entreprise perd de l’argent, licencie des gens, fait faillite, arrête la production et est vendue aux enchères pour des cacahuètes. Si vous pensez qu’il y a encore quelque chose qui vaut la peine d’être pillé, vous l’achetez pour presque rien ; sinon, vous passez simplement à une autre entreprise à détruire.

Berezovsky a appliqué le même tour encore et encore. Dans le cas d’Aeroflot (qu’il a « conquis » grâce à la fille d’Eltsine), il a créé un certain nombre de filiales qui géraient ostensiblement les flux de devises d’Aeroflot. Ils l’ont géré d’une manière très particulière. Vous avez payé 100 $ pour votre billet. Cet argent, au lieu d’aller directement sur le compte d’Aeroflot, irait plutôt à Berezovsky qui prêterait (oui, prêterait) 100 $ à Aeroflot à des taux d’intérêt de 30% par an et évaluerait en outre des « frais de gestion ». Aeroflot a eu la chance d’avoir reçu 1 $ sur 100 $ que vous avez payés pour le billet. Parfois, Aeroflot possédait de l’argent à Berezovsky.

Berezovsky et Khodorkovski ont appliqué la même approche au gouvernement russe. Ils se verraient allouer, sous divers prétextes, de l’argent du gouvernement qu’ils prêteraient au gouvernement à des taux usuraires.

C’est tout le système qui est mis en cause. Les alliances et les inimitiés ont été formées au cas par cas et tandis qu’un groupe d’oligarques était ensemble sur un accord, ils se disputaient dans le suivant et, dans certains cas, commanditaient des meurtres sous contrat. Ce qui est parfois représenté aujourd’hui comme une « démocratie » d’Eltsine libre était, comme une scène secrète, des fusillades entre les « siloviki » des différents kleptocrates, ou leurs accusations mutuelles diffusées sur les chaînes de télévision qu’ils contrôlaient.

Mais nous ne devons pas oublier les catalyseurs politiques de la kleptocratie. La clé était Eltsine (personnellement non corrompu) et sa famille et son environnement proche (complètement corrompus). L’origine de la kleptocratie est antérieure au célèbre accord de prêts contre actions en 1995-96. Elle remonte aux dernières années des réformes Gorbatchev, mais s’accélère ensuite sous Eltsine, alimentée en grande partie par la peur hystérique du retour des communistes au pouvoir. Ziuganov n’était pas Staline, mais dans la plupart des médias russes et américains, il était présenté comme tel. Cela a permis aux « réformateurs » de privatiser dès que possible, donnant des choses pratiquement gratuitement et stimulant le pillage dans l’espoir correct que (a) les nouveaux propriétaires des biens pillés utiliseront leur richesse et leur contrôle des médias pour déformer les résultats des élections en faveur d’Eltsine et, (b) une fois la propriété détruite ou privatisée avec de l’argent caché à l’étranger, il n’y aurait rien à nationaliser pour les communistes de Ziouganov, même s’ils arrivaient au pouvoir. C’était le fondement politique – et absolument crucial – de la privatisation kleptocratique. Sans cela, nous ne pouvons pas comprendre pourquoi un pays voudrait se détruire.

Lorsque la rotation électorale était insuffisante, des tactiques plus fortes ont été utilisées. Eltsine a dissous le Parlement lorsqu’il a entamé une procédure de destitution contre lui et a finalement bombardé les députés. Je doute que le Washington Post ait pu soutenir la même « approche démocratique » si elle avait été utilisée par Trump. Mais ce fut pourtant bel et bien le cas pour Eltsine en 1993.

On peut être très critique envers les « jeunes réformateurs ». Mais ce ne peut être aussi évident. Par exemple, Gaidar, au début de 1992, n’avait d’autre choix que de libéraliser les prix de peur que le comté ne sombre dans la famine – tant les conditions étaient horribles à l’époque. Il se pouvait fort bien de ne pas être d’accord avec Tchoubaïs, le cerveau de la privatisation, mais lui attribuer tout de même le mérite d’avoir réalisé, après les élections de 1996, que le gouvernement devait changer de cap, mettre fin à l’anarchie de Berezovsky et de ses amis et les arrêter.

Ainsi, il ne peut s’agir d’une histoire lisse avec des nuances de gris. C’est de l’histoire avec des ténèbres et quelques points de lumière éloignés les uns des autres : Yavlinsky, l’éternel opposant ; Gromov, le général bourru ; Primakov, l’éphémère Premier ministre.

Épilogue. Berezovsky, qui a réussi à manipuler tout le monde, a finalement manipulé Eltsine pour oindre Poutine comme son héritier. Mais l’orgueil l’a attrapé : il pensait que Poutine serait à sa disposition. Les choses se sont passées différemment : Berezovsky a dû fuir en Angleterre, où après avoir dilapidé une grande partie de sa richesse, il a perdu le reste dans le procès le plus coûteux jamais intenté contre son ancien associé Roman Abramovich. Il a été retrouvé pendu dans un manoir où son ex-femme lui a permis de vivre sans loyer.

Affaire classée, comme il fut dit, si souvent.

Sébastien Ecorce, enseignant, chercheur, neurobiologiste, Salpêtrière,
Icm, co-responsable de la plateforme neurocytolab, poète, créateur graphique.

 

, , , ,
librCritique
librCritique

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.