[Chronique] The Dante Project, Opéra Garnier, par Guillaume Basquin

[Chronique] The Dante Project, Opéra Garnier, par Guillaume Basquin

juillet 7, 2023
in Category: chronique, UNE
1 763 40
[Chronique] The Dante Project, Opéra Garnier, par Guillaume Basquin

The Dante Project

Ballet en trois actes de Wayne McGregor avec une scénographie de Tacita Dean sur une partition de Thomas Adès [écouter], Opéra Garnier, Paris, du 3 au 31 mai 2023.

 

La presse, à juste titre, a été très enthousiaste, en général, sur ce nouveau ballet, The Dante Project, qui fait son entrée au répertoire de l’Opéra de Paris : on a parlé de « nouveau Ballet russe », d’« art total » (et à juste titre, puisque tout y est création nouvelle ex nihilo, sauf l’argument de départ (La Divine Comédie de Dante). En effet. Il est devenu rare d’avoir une conjonction de telles réussites, dans tous les domaines : danse, musique nouvelle, mise en scène et scénographie – les astres ont été favorables à Tacita Dean, cinéaste et plasticienne mondialement reconnue, dont je vais principalement parler ici, n’ayant pas de compétences particulières en danse ni en musique.

Mais ce qu’elle n’a pas assez soulevé, à mon avis, est l’événement in-croy-able qu’est la projection d’un film (de Tacita Dean, durant le 3e acte, soit « Le Paradis ») en 35mm dans l’opéra Garnier même ! Voyons ça : depuis quand cela ne s’était pas produit dans ce lieu mythique ? hum… Entracte, le film bien connu d’avant-garde de René Clair, projeté pendant l’entracte justement du ballet russe Parade sur un livret de Cocteau, avec une chorégraphie de Léonide Massine, une musique d’Éric Satie et une scénographie de Pablo Picasso ? Ici, dans notre cas, Tacita Dean prend donc la place de Picasso dans Parade : scénographie, décors et costumes – lourde charge !

INFERNO

Pour chaque acte, Tacita Dean utilise un médium différent ; ici un dessin sur tableau noir, Inferno (2019), le plus grand dessin sur tableau noir qu’elle ait réalisé à ce jour, et qui dépeint une chaîne de montagnes dont l’orientation et les tonalités ont été inversées. S’inspirant de l’environnement glacial décrit par Dante, l’artiste a imaginé un univers changeant en fonction des éclairages sous lequel dansent les âmes. Sur scène, au-dessus des têtes des danseurs, un miroir en ellipse rétablit la « bonne » orientation des montagnes inversées, laissant entrevoir le monde « normal », inaccessible aux damnés. À un moment, une projection (vidéo ?) laisse entrevoir les flots d’un fleuve – le Léthé. Tout est sombre et gris, voire noir.

Photo de Remi Villaggi

 

PURGATORIO

Pour le Purgatoire [extrait], Tacita Dean utilise Purgatory (Threshold) (2020), une grande œuvre photographique en principe épinglée au mur qu’on avait pu voir à la galerie Marian Goodman de New York en septembre 2021. En écho à l’état transitoire du Purgatoire de Dante, Tacita Dean a créé une image oscillant entre le négatif et le positif.

Ses tirages représentent des jacarandas – des arbres dont le feuillage vire au violet vif à l’arrivée du printemps – photographiés au moyen d’une chambre photographique 8×10. Négatif et positif y sont inversés, transformant le violet vif des fleurs en un vert irréel, tandis que les décors urbains qui entourent les arbres sont recouverts d’une couche de blanc qui accentue l’étrangeté de l’image. En fonction de l’éclairage, la couleur des feuilles du jacaranda vire du vert au violet : Dolce color d’oriental zaffiro.

 

PARADISO

Paradiso est le clou [extrait], l’acmé du spectacle total qu’est The Dante Project : tout devient aérien, léger et coloré. Béatrice elle-même se vêt d’un costume classique de danseuse (justaucorps et voile de tulle) : tout progresse et converge vers la lumière pure d’une projection argentique avec film d’amorce transparente, à la toute fin (et « effet-flicker » dû à l’obturateur du projecteur 35mm).

Ne la profonda e chiara sussistenza
de l’alto lume parvermi tre giri
di tre colori e d’una conbtenenza 

(Dans la profonde et claire subsistance
de la haute lumière trois cercles m’apparurent
de trois couleurs et de grandeur unique)
(trad. Jacqueline Risset)

Filmé en format panoramique CinemaScope sur film 35mm, Paradise, projeté au-dessus des danseurs durant tout ce 3eacte est un film entièrement abstrait ; il s’inspire des motifs circulaires et planétaires décrit par Dante dans son Paradis ; et ses couleurs intenses sont empruntées à la palette de William Blake selon l’artiste même. J’avoue ici que j’ai eu du mal à y croire, car je n’y avais pas été préparé, n’imaginant pas une seule seconde que Tacita avait pu avoir l’idée « saugrenue » d’amener le FILM même dans l’opéra (Garnier). C’est tout d’abord la qualité des couleurs mouvantes qui m’a interpellé… puis la très reconnaissable vibration d’’une projection argentique de type « Lumière »… puis enfin les sortes de poussière d’étoile qu’on voit apparaître sur un film au fur et à mesure qu’il se détruit sous nos yeux, fleuve héraclitéen : oui, c’était bien du film que nous voyions, pendant les 30 minutes de cette dernière partie en forme d’apothéose.

On se souvient du Manifeste pour le film qu’avait été FILM (10’42’’) projeté en 35mm dans le monumental hall des Turbines à la Tate Modern de Londres en 2011 ; Tacita Dean, véritable militante et héroïne du film, renouvelle ici cet exploit, en encore plus fort (à mon avis) : offrir à un public qui s’en fiche royalement (si ce n’est moi…) le meilleur rendu possible de son œuvre originale, sans compromis aucun : « À partir du moment où on dit : non, c’est un médium, or un medium [comme la peinture à l’huile ou le marbre] ne saurait être obsolète, on redonne au film, d’un coup, un pouvoir incroyable », déclarait-elle au magazine Apollo le 12 novembre 2021. Une fois de plus, Tacita Dean a réussi, en remuant ciel et terre, à aller au bout de son rêve (et du nôtre) : Veder voleva come si convenne / l’imago al cerchio e come vi s’indova (Je voulais voir comment se joint / l’image au cercle, et comment elle s’y noue).

, , , , , , , , ,
Guillaume Basquin

Autres articles

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *