[Création] Daniel Cabanis, Groupes de parole / 3

[Création] Daniel Cabanis, Groupes de parole / 3

novembre 28, 2023
in Category: Création, UNE
1 598 9
[Création] Daniel Cabanis, Groupes de parole / 3

[Lire/voir la deuxième livraison]

3 — Salon Jaune / Verbatim

Groupe C : Ghilain Manessi / Willo Tancostier / Beni Dalvina / Goter Margilan / Fleck Timmon

Au 4e étage du Musée d’Art, dans un recoin, on projetait en continu des vidéos d’artistes. Moquette épaisse, poufs moelleux : je me suis endormi. J’ignore si ces vidéos étaient chiatiques, mais ce n’est pas exclu. Je me suis réveillé à 22 h, le musée avait fermé. Dès que j’ai bougé, l’alarme a hurlé. Des agents de nuit ont surgi. Eh mollo, j’ai dit ; moi, critique d’art ! Ils m’ont tabassé quand même, ès qualités.

Quand Dina D. (une amie artiste américaine) est morte, sa fille m’a informé que j’héritais de son perroquet JajaDur. Pas pu refuser. J’ai hérité ipso facto du devoir moral d’amener ce volatile deux fois par semaine chez l’orthophoniste : afin qu’il perfectionne son français. Ah, la sale bête, le cancre ! J’ai tenu un mois. Et puis couic ! Adieu JajaDur. La fille de Dina ne décolère pas. Je m’attends à un procès.

Sellia Lugot m’avait invité à participer à Arts et enjeux climatiques, une expo diligentée en sous-main par le ministère de la Culture. Ça ne me disait rien (la propagande, ce n’est pas mon truc) mais Sellia a su me caresser dans le sens poil et je lui ai cédé. Sécheresse est le titre de ma sculpture : un simple arrosoir en fer blanc aplati par une presse. J’achète ! m’a dit le ministre le soir du vernissage. Malaise.

Jovis Dokann était un artiste aigri, lessivé, sans plus la queue d’une idée. Il me pleurnichait dessus. Je lui ai conseillé (pour la beauté du geste, évidemment, ai-je dit) de se faire sceller un bras dans un bloc de béton astringent. Il l’a fait, cet imbécile. Ah, il avait l’air fin ! Et il y a eu des complications, il a fallu amputer. Depuis, Jo a la haine. L’amputation, c’est encore de l’art, je dis. Mais il est inconsolable.

Je suis jaloux des Totski, Ann-Liz et Jan, que je connais depuis une 20taine d’années. Ils ont prospéré dans l’e-pub, pas moi. Ils se sont fait bâtir à St-Cloud une maison d’architecte, pas moi. Etc. La belle vie, quoi. La mienne de merde. Ils donnent des fiestas sexe/cocaïne dans le vaste sous-sol de leur blockhaus. J’y suis allé, parfois. Mais j’ai déçu : j’étais pas à la hauteur. Je suis plus invité. Je les déteste.

 

, , , ,
librCritique

Autres articles

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *