[Texte] Daniel Pozner, Presque idiot

[Texte] Daniel Pozner, Presque idiot

mars 3, 2024
in Category: Création, UNE
0 1005 14
[Texte] Daniel Pozner, Presque idiot

Ne me parlez point

Presque idiot

Au bout du monde

La blancheur du reste

Une pile de vieux pneus de rechange à l’arrière

Désirant tout enviant tout et voulant toutes les dépouilles

Gramophone démoli

Statues lépreuses

Colères sourdes

Un cœur percé d’une flèche

Sans papier ni crayon

Mon bel ange

Ciel d’illusions

Bruits de la ville

Vite ou je tue

Presque mot à mot

Beau joueur

Sentiment tendre

Les moineaux s’étaient réfugiés

Casquette fouet guides et grelots

Trapèze cordes barres poids haltères

Chansons nouvelles

Et la crainte du collage

Il cataloguait

Insupportable et quelques fois inintelligible

Maître expert aux compositions les plus

Donné un diamant faux ?

Un encrier du papier des plumes

Avait saisi son porte-voix

Avoir aussi un jour des épreuves à corriger

Entamer la surface

Cheval à mécanique

Ses impatiences et ses brusqueries

Ne parlez point chiffons vous n’y entendez rien

Te burlas de nosotros ?

Je leur donnai cinq cigarettes

Les noms effacés

Ne comptez pas sur moi

Lisant et relisant

Petites émotions de la kleptomanie

La maison croulait un peu plus

Ça se goupille

Manuscrits de ma composition

La gueule à coups de poings

Fruits des travaux de ma solitude

L’empêcher de tourner sur ses gonds

Les étoiles sont si proches

Tes petites craintes

Tes petites joies

L’herbe sèche

Le thème d’une fugue de Bach

Hasards de la conversation

Une petite fille pieds nus

Les images coloriées

Le jasmin et la menthe fraîche

Les phares des voitures

Lacets à la pièce

Une espèce de lacs en cœur

Les particularités d’une langue

Une lampe à alcool

La banlieue de Paris

L’ancienne brouette

Une tierce mineure

Pluie miraculeuse

Tournants brusques

Descentes rapides

Et l’éblouissement du soleil sur les pierres

Mort toujours menaçante

Son mégot dans le cendrier

Claquements de fouet

L’ampleur des contradictions

Habité par un oiseau sauvage

Des branches d’épines

Je vais lire ça ce soir

Intermezzo

Apprendre à ne rien faire

Lacéré brûlé emporté pillé

Le pied souple dans les espadrilles

Voyages dans le temps

Ces pommes âcres qui donnent soif

All right !

Un minuscule carnet

Naissance des éphémères

Le grotesque l’impensable

Passe-temps

Filin d’amarrage

Une simple inscription

Si c’est de l’or

Le rôle de l’imagination

Le pouvoir des fées

Émotion étrange

Les paroles les plus

Ces barricades ?

Pourquoi je pleure ?

Une bonne promenade ?

Ne pas trouver de rime aux choses ?

, , , ,
librCritique

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *