[Chronique] Sébastien Ecorce, Mouvements contrastés vers l’égalité : EU, Chine

[Chronique] Sébastien Ecorce, Mouvements contrastés vers l’égalité : EU, Chine

octobre 26, 2021
in Category: chronique, UNE
0 690 19
[Chronique] Sébastien Ecorce, Mouvements contrastés vers l’égalité : EU, Chine

Alors que les États-Unis et la Chine sont en désaccord sur de nombreuses questions, du commerce aux droits de propriété intellectuelle sur les îles de la mer de Chine méridionale, et que l’on parle d’une nouvelle guerre froide, les deux pays tentent en interne d’adopter des politiques pour réduire les inégalités de revenus. La similitude des objectifs, et dans certains cas, même des politiques, est le produit de similitudes dans l’évolution des inégalités au cours des dernières décennies et d’un consensus social accru sur le fait qu’il faut faire quelque chose pour les réduire.

Au moment de l’introduction du système de responsabilité en 1978 (privatisation des terres) et des premières réformes, l’inégalité des revenus en Chine était à un niveau extrêmement bas, estimé à 28 points Gini. Aujourd’hui, c’est 47, un niveau presque latino-américain. L’inégalité des revenus aux États-Unis, en utilisant la même métrique, était de 35 lorsque Ronald Reagan est arrivé au pouvoir ; il est aujourd’hui de 42. L’augmentation des inégalités chinoises, poussée par le changement structurel remarquable (passage de l’agriculture à l’industrie puis aux services) et à l’urbanisation, a été plus dramatique qu’à l’américaine. Elle a souvent été « masquée » par le fait que les revenus chinois ont entre-temps énormément augmenté et que la tarte proverbiale, bien que ses morceaux aient été distribués de manière plus inégale, a tellement augmenté que le revenu réel de presque tout le monde a augmenté.

Au cours de la dernière décennie, il est devenu clair qu’en Chine et aux États-Unis, l’augmentation des inégalités devait être freinée et, si possible, inversée. Le processus aux États-Unis est bien connu : il remonte au moins au mouvement Occupy dont le dixième anniversaire a été célébré le mois dernier. La situation chinoise est moins connue. Les fortes inégalités ont conduit à de nombreuses protestations. En 2019 (dernière année disponible), le décompte officiel chinois est de 300 000 cas de « trouble à l’ordre dans les lieux publics », la plupart à motivation économique ou sociale (Annuaire statistique de Chine 2020, tableau 24-4). La cause immédiate de nombreuses protestations est liée à l’expropriation de biens immobiliers qui a enrichi les propriétaires d’entreprises du bâtiment, aidés aux détournements de fonds par les élus locaux, mais dépossédé les agriculteurs de leurs terres. L’écart urbain-rural officiellement estimé à près de 2 pour 1 est parmi les plus élevés au monde (calculé à partir d’enquêtes chinoises sur les ménages urbains et ruraux). L’écart régional entre les villes et provinces prospères de l’Est et les parties occidentale et centrale de la Chine menace l’unité du pays. Un logement décent dans les grandes villes est devenu pratiquement inabordable pour les jeunes familles. Cela a contribué à une baisse du taux de natalité et accéléré les problèmes démographiques de la Chine (vieillissement et donc diminution de la part de la population en âge de travailler).

Les dirigeants chinois, un peu comme les critiques sociaux américains et les participants de Davos, déplorent de telles inégalités depuis des années, mais n’ont presque rien fait pour les changer. Cet état de fait est en train de changer. Les décisions antérieures d’augmenter les investissements de l’État dans les régions du centre et de l’ouest, d’étendre le réseau ferroviaire rapide dans tout le pays et de donner l’autorité sur la mise en œuvre du système de hukou (permis de séjour) aux provinces, avec le droit de l’abolir complètement, ont pu être considérées comme une tentative de réduire les inégalités à l’échelle de la Chine en réduisant les disparités de revenus entre les provinces et en facilitant la circulation de la main-d’œuvre entre les zones rurales et urbaines, et donc de réduire les inégalités entre les deux.

Plus important encore, les dernières mesures prises par le gouvernement chinois montrent une prise de conscience encore plus grande de ce qui doit être fait pour arrêter l’augmentation des inégalités. Elles ressemblent, à certains égards, aux mesures que les États-Unis pourraient adopter au cours des deux prochaines années. L’effort concerté pour sévir contre les plateformes et les entreprises de haute technologie et pour augmenter leur réglementation est similaire aux poursuites anti-monopoles engagées par les États-Unis contre Google et Facebook. Le système américain, du fait des nombreux contrôles et du pouvoir de lobbying des géants de la technologie, évolue beaucoup plus lentement que le chinois mais l’objectif de contrôle de secteurs qui sont des monopoles naturels et ont acquis un énorme pouvoir économique et politique est commun aux deux pays. Les actions de Xi Jinping sont souvent interprétées en termes purement politiques de pouvoir. Bien qu’il existe indéniablement un tel ressort.

L’éducation, tant aux États-Unis qu’en Chine, est devenue extrêmement compétitive et abordable, dans sa meilleure forme, seulement pour une petite minorité. La transmission des privilèges familiaux via le système éducatif a été amplement documentée pour les États-Unis. Quelques travaux récents de Roy van der Weide et Amber Narayanmontre que la mobilité sociale en Chine est également faible. La décision de Xi Jinping d’interdire les entreprises de scolarité à but lucratif est une tentative de « démocratiser » l’accès à une éducation de haut niveau et de réduire les privilèges des familles riches. Le succès du déménagement peut être remis en question. L’inégalité sous-jacente et la compétitivité de l’éducation ne sont pas affectées car les parents riches peuvent toujours acheter des cours particuliers. L’intention de la politique est cependant juste. Biden a également parlé de la revitalisation du système éducatif public américain qui était l’épine dorsale de la prospérité après la Seconde Guerre mondiale mais n’a connu depuis que détérioration.

« Prospérité commune », un nouveau slogan énoncé par le gouvernement chinois, tente de promouvoir des politiques visant à corriger les inégalités accumulées au cours des quarante dernières années – certaines peut-être inévitables dans la transformation du pays – en s’éloignant d’une poursuite résolue de croissance élevée à celle d’une société plus équitable. Ce n’est pas très différent de ce que les progressistes et une partie de l’establishment démocrate ont récemment plaidé : la fin du néolibéralisme qui a régi les politiques économiques de toutes les administrations américaines depuis le début des années 1980. Si ce « virage pro-égalité » a bien lieu dans les deux pays, les mouvements que nous avons vus jusqu’à présent ne sont qu’un préambule. La longue ère qui a commencé avec Deng Xiaoping en Chine et Ronald Reagan aux États-Unis touche peut-être à sa fin.

Sébastien Ecorce, Prof de neurobio, Icm Salpétrière, coresponsable de la plateforme Neurocytolab, (poète).

, , , ,
librCritique
librCritique

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *