[News] News du dimanche

janvier 30, 2022
in Category: livres reçus, News, UNE
0 750 19
[News] News du dimanche

En ce dernier dimanche de janvier où 2022 est bien lancé, nos Libr-livres reçus (deux livres sélectionnés : à ne pas manquer !) et nos Libr-événements

 

Libr-livres reçus : présentations éditoriales

► Anne-James CHATON, Populations, P.O.L, en librairie ce jeudi 3 février 2022, 352 pages, 20 €, ISBN : 978-2-8180-5449-9.

Dans Populations, Anne-James Chaton propose de drôles de portraits des peuples d’aujourd’hui en se servant des mots et des regards des écrivains d’hier qu’il détourne à son profit. L’auteur relit de grandes œuvres et y prélève matière à composition de courts récits ou des analyses des caractères de nos contemporains. Les Allemands dont il décrit le tempérament en effectuant une relecture singulière d’Être et Temps de Martin Heidegger, des Japonais au travers des Haïkus revisités du poète Basho, des Français montrant un tout autre visage après une réécriture ciblée de À la Recherche du temps perdu de Marcel Proust, des Américains portraiturés à partir du chef d’œuvre Témoignages du poète Charles Reznikoff, des italiens aux particularités si prononcées quand on suit, de façon libre, le texte de L’histoire Naturelle de Pline l’Ancien. Selon la nature du texte relu par l’auteur et la clé de relecture appliquée – par exemple toutes les occurrences du mot « espèce » dans L’Origine des Espèces de Charles Darwin pour les Anglais, ou les descriptions des rêves des patients dans L’interprétation des rêves de Sigmund Freud pour les Autrichiens – l’autochtone se donne à voir sous d’autres traits, parfois insoupçonnés, comme ces Autrichiens que l’on découvre lubriques à souhait, ou ces Français oscillants sans cesse entre le savoir-vivre et la trivialité.

Le livre rassemble quinze populations et se déploie sur les cinq continents.

 

► Fernand FERNANDEZ, Parler sans le savoir, éditions Abrüpt, janvier 2022, 312 pages, 16 €, ISBN : 978-3-0361-0158-3.

Entendre qui que ce soit parler « sans » le Savoir est un idéal. Ca arrive très peu et de moins en moins : on entend partout partout parler « avec » le Savoir, son petit savoir à soi ou le Grand. On est cernés par des Je-sais. Et comme notre lot commun est plutôt d’être des Sais-pas, on se demande. Qu’est-ce qui se passerait si on n’utilisait plus le Savoir pour se parler ? Si on s’en servait à propos.
Depuis où parlerait-on ? Depuis le coeur, le ventre, le sexe, la simple parole ? Ce serait la fin du monde tel qu’il est. Entrer dans Parler sans le Savoir c’est entrer à la fois dans le monde tel qu’il est et dans le monde tel qu’il pourrait être mais qu’il ne sera jamais. Un lieu où la « conscience accablée de l’enfer que se font vivre les humains entre eux », travaillée comme elle l’est dans ce texte, procure en elle-même et se procure à elle-même une évasion possible.
C’est une expérience unique. Le monde de Fernand Fernandez est une expérience unique où on entend à la fois ceux qui savent, ceux qui croient savoir, ceux qui ne savent rien, et ceux qui sont libérés de cette obsession : les fous les simplets les malades, mais aussi ceux qui utilisent leur parole tout autrement, parce que leur obsession s’est tournée ailleurs et qu’ils ont trouvé leur liberté propre dans leur propre parole.
Si on ne les écoute pas, et avec le respect qui leur est dû, ce n’est pas dommage pour eux c’est dommage pour nous. Et s’il fallait le dire une fois de plus c’est l’occasion : les notions d’intelligence et de bêtise sont vraiment à reconsidérer, quand « la crainte d’avoir l’air bête peut développer une terrifiante bêtise au cube », et que parmi les plus belles intelligences se trouvent celles de ceux qui sont privés de parole.
L’existence des voix de Fernandez-homme-orchestre qui sont à l’oeuvre au quotidien depuis des années ne dépend ni de leur publicité ni de leur publication, tant le désir de FF est autre, tant son oeuvre est à l’oeuvre – et sa force donc. FF dit qu’on peut bien lire PSLS comme on veut, y compris comme une espèce de théâtre psychique, si on n’oublie pas qu’il s’agit d’en sortir. Lui-même préfère le nommer « psyence-fiction ».
Et quand il dit de ce « travail perpétuel » qu’il lui reconnaît « l’ambition de se débarrasser des représentations que porte le langage et qui encombrent » en en « convoquant un maximum pour les identifier », quand il dit que « parler sans le Savoir ne signifie pas parler en ignorant, même si évidemment l’ignorance a aussi voix au chapitre, mais rebondir dans un monde d’hémorragie du langage, un monde où le langage comme vecteur du sens s’autodétruit dans la profusion et l’équivalence des points de vue, où le bavardage et le débat sont devenus une seconde nature, la forme par défaut de la conversation réelle, qui force à se réapproprier le foisonnement souvent toxique des énoncés dans un espace à soi, un espace où faire entendre ses propres voix, ce qui permet d’échapper joyeusement à la noyade », il faudrait aussi ressentir avec lui la charge de celui qui est à l’affût, et travaille à se rapprocher de ce que serait « une vie simple » – une chose très complexe pour qui se méfie du simplisme.
Ce travail est un géant pacifique qui dévore lui-même tout ce qui se mange aux alentours avant de nous le rendre, et qui se fout complètement du bon ordre d’aujourd’hui, de tous les bords établis, même le hors-bord. Mais voilà aussi une occasion unique de se demander de quoi on se protège en parlant avec le Savoir ? De quoi a-t-on peur ? Qu’est devenue notre capacité au babil ? A la glossolalie ? Au simple chant ? A l’invention ? Et beaucoup, beaucoup d’autres questions qui heureusement ébranlent nos socles, puisque le frère siamois de Savoir ce n’est ni Donner ni Partager, et ça c’est un malheur terrible mais c’est Pouvoir – ce faux frère qui depuis toujours semble-t-il nous passionne par ici. /Corinne Lovera Vitali/

 

Libr-événements
► La Trockette accueille l’univers débordé de SNG.Natacha Guiller, artiste plasticienne, poète et performeuse qui s’autoproclame à grande vitesse dans l’espace public. Houle de mots qui s’entrechoquent dans une incantation de l’intime, du corps exténué, de l’étrangeté du poil dressé à la dérision, au discernement tubuluré des sens dans l’entrelacs logorrhéique balbutié à remous d’un scandale jamais étanché. Mélodiquement ensevelie du langage, parfois rajusté à sa guise pour que swingue la scansion, SNG campe et vous embarque dans sa péniche tricotant ses méduses à palourdes aveux d’étoiles filantes.
▬▬▬ LES TEMPS SUSPENDULENT, Scène de poésie sonore avec SNG. Natacha Guiller
DATE : 4 FEVRIER 2022
HEURE : 19H30 > 22H00
PUBLIC : tout public
PRIX : Entrée Libre (pass sanitaire non exigé)
SCENE DE POESIE SONORE avec SNG Natacha Guiller puis SCENE OUVERTE :
Laissez-vous embarquer dans les péripéties langagières de SNG.Natacha Guiller, fricotant avec la poésie sonore, le slam, scat et effluves de free jazz, rythme et vibrations qui répercuteront la suite des événements : une scène ouverte à vos timbres et textes gesticulés.
INFORMATIONS PRATIQUES :
▬▬▬ LIEU : À la Trockette
▬▬▬ LA TROCKETTE C’EST QUOI ?
La Trockette c’est le café associatif de l’association @lapetiterockette. Ouvert au public, le lieu propose des ateliers de réparations, de DIY et des événements culturels (concert, expo, conférences, spectacles…).
Tous les midis, du mardi au vendredi, la Trockette c’est aussi un restaurant proposant un menu ENTRÉE+PLAT+DESSERT à 10euros, sur une cuisine qui se veut anti-gaspi !
▬▬▬ C’EST OÙ ?
125, rue du Chemin Vert – 75011 Paris
Archéo-fictions, samedi 5 février 2022 à 19H30, Café-Librairie, L’ours et la vieille grille, 9 Rue Larrey, 75005 Paris. Métro Place Monge.
Du Languedoc à l’Amazonie, deux écrivains contemporains livrent leurs enquêtes. D’une ligne de chemin de fer désaffectée de la France des années 70 à une cité-ouvrière fantôme au nord-est du Brésil, iels réactivent des récits, des architextures, des lieux.
Avec Florence Jou, Explorizons, éditions LansKine, et Bruno Lecat, Archéologies ferroviaires, éditions Jou.
, , , , , , , , , ,
Fabrice Thumerel
Fabrice Thumerel

Critique et chercheur international spécialisé dans le contemporain (littérature et sciences humaines).

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.