[Chronique] Sébastien Ecorce, Guerre russo-ukrainienne : qu'avons-nous appris ?

[Chronique] Sébastien Ecorce, Guerre russo-ukrainienne : qu’avons-nous appris ?

mars 10, 2022
in Category: chronique, UNE
0 700 14
[Chronique] Sébastien Ecorce, Guerre russo-ukrainienne : qu’avons-nous appris ?

Les guerres sont les événements les plus horribles. Elles ne devraient jamais se produire. L’ensemble de l’effort humain devrait être consacré à rendre les guerres impossibles. Pas seulement illégales, mais impossibles, en ce sens que personne ne pourrait ou n’aurait intérêt à les déclencher.

Mais, malheureusement, nous n’en sommes pas encore là. L’humanité n’a pas encore évolué aussi loin. Nous sommes maintenant au milieu d’une guerre qui pourrait devenir une guerre très meurtrière.

Les guerres sont également l’occasion (aussi froid que cela puisse paraître) de réévaluer nos a priori. Les choses sont soudainement mises en évidence de façon plus décisive. Nos croyances se transforment en illusions. Les rengaines n’ont plus de sens. Nous devons faire face au monde tel qu’il est, et non au monde que nous imaginions alors jusqu’à la veille.

Alors, qu’avons-nous appris après une semaine de guerre Ukraine-Russie ? Je vais essayer de ne pas spéculer sur l’issue. Personne ne la connaît. Elle peut se terminer par l’occupation et l’assujettissement de l’Ukraine, ou par l’éclatement de la Russie. Et tout ce qui se trouve entre les deux. Ni moi, ni le lecteur, ni Poutine, ni Biden ne le savent. Je ne vais donc pas spéculer sur ce sujet.

Mais qu’est-ce que nous semblons avoir appris jusqu’à présent ?

1. Le pouvoir de l’oligarchie. Le pouvoir de l’oligarchie lorsqu’elle rencontre la raison d’état est limité. Nous avions tendance à croire que la Russie, étant une économie capitaliste oligarchique, est aussi une économie où les riches influencent de manière décisive la politique. Peut-être est-ce le cas dans de nombreuses décisions quotidiennes. (Je ne pense pas ici aux oligarques qui vivent à Londres et à New York, mais à ceux qui vivent à Moscou et à Saint-Pétersbourg et qui peuvent également être à la tête ou être de gros actionnaires de puissantes entreprises privées et semi-étatiques). Mais lorsque les affaires d’État sont sérieuses, pour le pouvoir organisé, c’est-à-dire l’État, l’oligarchie ne fait pas le poids. La menace de sanctions, si visiblement affichée et claironnée par les États-Unis quelques semaines avant le début de la guerre, a peut-être incité les oligarques russes à déplacer leurs yachts aussi loin que possible de la juridiction américaine, ou à se lancer dans des ventes à la sauvette de leurs biens, mais elle n’a fait aucune différence dans la décision de Vladimir Poutine d’entrer en guerre.

De même, tous les achats d’influence effectués par les riches Russes auprès des conservateurs au Royaume-Uni ou des deux partis politiques aux États-Unis n’ont pas eu d’importance. Pas plus que le « caractère sacré de la propriété privée » sur lequel les États-Unis ont été créés (et qui a tant incité les oligarques à y transférer leurs richesses volées). Les États-Unis ont procédé probablement au plus grand transfert de richesse interétatique de l’histoire. C’est l’équivalent de la saisie des terres de l’Église par Henri VIII. Si nous avons vu des confiscations aussi gigantesques à l’intérieur des pays (les révolutions française et russe), nous ne l’avons jamais vu, d’un seul coup, en 24 heures, entre les pays.

2. La fragmentation financière. Le corollaire de ce point est que les personnes extrêmement riches ne sont plus à l’abri des forces politiques – même si elles changent de nationalité, contribuent à des campagnes politiques ou consacrent une aile d’un musée. Ils peuvent être victimes d’une géopolitique qu’ils ne contrôlent pas et qui dépasse largement leurs attributions – et parfois leur compréhension. Pour rester excessivement riche, il faudrait plus particulièrement faire preuve de sens politique. Il est impossible de dire si les riches du monde entier interpréteront cette confiscation comme signifiant qu’ils doivent plus sérieusement que jamais s’emparer des rouages de l’État, ou s’ils l’interpréteront comme signifiant qu’ils doivent trouver d’autres nouveaux refuges, d’autres nouveaux espaces pour leurs investissements. Le plus probable est que cela conduira à la fragmentation de la mondialisation financière et à la création de nouveaux centres financiers alternatifs, probablement en Asie. Où seront-ils ? Je pense que les candidats les plus sérieux sont les pays démocratiques jouissant d’un certain degré d’indépendance judiciaire, mais aussi d’un poids politique international et d’une marge de manœuvre suffisants pour ne pas céder à la pression des États-Unis, de l’Europe ou de la Chine. Bombay, Djakarta me viennent à l’esprit.

3. La fin de la fin de l’histoire. Nous – ou du moins certaines personnes – avons eu tendance à croire que la « fin de l’histoire » signifiait non seulement que le système politique et économique ultime avait été découvert en une nuit de novembre 1989, mais aussi que les outils démodés des luttes internationales ne réapparaîtraient pas. Ce dernier point a déjà été démontré à plusieurs reprises, de l’Irak à la Libye en passant par l’Afghanistan. Une démonstration plus brutale est en train d’être exécutée en ce moment même où les frontières sont redessinées à l’aide des instruments que le monde a pratiqués pendant 5 000 ans d’histoire enregistrée mais que l’on croyait obsolètes.

La guerre actuelle nous montre que la complexité du monde, son « antériorité » culturelle et historique, est grande et que l’idée qu’un seul type de système sera finalement adopté par tous est une dangereuse illusion. C’est une illusion dont les conséquences sont sanglantes. Pour avoir la paix, nous devons apprendre à vivre en acceptant les différences. Ces différences ne sont pas des différences insignifiantes qui portent le titre actuel d’ouverture à la variété, dans notre façon de nous habiller, dans nos préférences sexuelles ou dans la nourriture que nous mangeons.

Il ne s’agit pas de différences insignifiantes que l’on qualifie aujourd’hui d’ouverture à la diversité, qu’il s’agisse de la façon dont nous nous habillons, de nos préférences sexuelles ou de la nourriture que nous mangeons. Les différences que nous devons accepter, et avec lesquelles nous devons vivre, sont beaucoup plus fondamentales et ont trait au fonctionnement des sociétés, à leurs croyances et à ce qu’elles pensent être la source de légitimité de leurs gouvernements. Cela peut bien sûr changer au fil du temps pour une société donnée, comme cela a été le cas à de nombreuses reprises dans le passé. Mais à un moment donné, cela différera d’un pays à l’autre, d’une région à l’autre, d’une religion à l’autre. Supposer que tous ceux qui ne sont pas « comme nous » sont en quelque sorte déficients ou ne sont pas conscients qu’ils seraient mieux en étant « comme nous » restera – si nous maintenons cette croyance erronée – la source de guerres sans fin.

S. Ecorce, prof de neurobiologie, Icm/ Salpetrière, co-responsable de la plateforme de financements de projets, écrivain, créateur graphique

, ,
librCritique
librCritique

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *