[Chronique] Sébastien Ecorce, Une certaine idée du Chaos (Notes sur le cas de la Russie)

[Chronique] Sébastien Ecorce, Une certaine idée du Chaos (Notes sur le cas de la Russie)

juin 9, 2022
in Category: chronique, UNE
0 778 25
[Chronique] Sébastien Ecorce, Une certaine idée du Chaos (Notes sur le cas de la Russie)

Les inégalités en Russie ont considérablement augmenté dans les années 1990. Cela avait déjà commencé vers 1987, puis il y a eu un choc macroéconomique dû aux réformes de 1992, puis des privatisations, avec le fameux régime des « prêts contre actions » en 1996 qui a conduit à la privatisation de grandes entreprises, pratiquement au vol d’actifs.

Je voudrais souligner qu’une augmentation de l’inégalité dans des conditions de forte baisse des revenus réels est entièrement différente de la même augmentation de l’inégalité dans des conditions de croissance. Comparez simplement la Chine à la Russie. La Chine a également connu une énorme augmentation des inégalités, mais en même temps, son revenu a augmenté de cinq, six ou douze fois, selon l’année que vous souhaitez utiliser comme base. Entre 1987 et 1993, le PIB russe, au contraire, a chuté d’environ 40 %. Comparez cela à la Grande Dépression américaine, qui a connu une baisse d’environ 30 %, du sommet au creux. Si vous vous trouviez dans la partie inférieure de la distribution des revenus russes, non seulement vous perdriez 40 % de vos revenus, mais parce que l’inégalité jouerait contre vous, vous perdriez 60 ou 70 %.

L’espérance de vie en Russie a diminué au rythme le plus rapide jamais enregistré dans l’histoire en temps de paix.

Je pense qu’il est utile de commencer par cet énorme déclin. Il est facile de parler de déclin en termes de pourcentage, mais derrière cette réalité statistique, il y a des gens qui ont perdu leur emploi, ont dû faire face à des arriérés massifs de salaires et de pensions (certains salaires ne seraient pas payés pendant six mois), et ont dû se requalifier et trouver de nouveaux emplois. Vous aviez des médecins et des ingénieurs qui devaient conduire des taxis ou vendre des bibelots dans la rue.

Un autre point est l’augmentation des taux de mortalité. L’espérance de vie en Russie a diminué au rythme le plus rapide jamais enregistré dans l’histoire en temps de paix. Mettez tout cela ensemble et vous obtenez un effondrement total de la société – on ne saurait trop insister sur cela.

Quand on voit à quel point cette dépression a été profonde, comment elle a affecté les gens, comment la base industrielle a été détruite, l’appeler récession transitoire semble assez inadéquat car cela implique un événement ponctuel et inévitable, reconnu comme tel par les personnes qui souffrent. Je pense que la « fatalité » distinguait souvent les observateurs de la population. Si vous déclarez que quelque chose est inévitable, alors les pertes qui se produisent semblent justifiées ; mais si vous êtes vous-même le destinataire, il est difficile d’adopter une attitude aussi détachée.

Les choses se sont finalement améliorées en Russie. Mais cela a pris un certain temps, y compris un autre effondrement plus petit en 1998 – dans ce cas à cause de la crise financière asiatique. Les années 1990 ont été des années désastreuses et Poutine a eu beaucoup de chance d’être arrivé au pouvoir en 2000, de sorte qu’il n’a pas été directement associé à cette décennie. Dans les années 2000, la situation s’est améliorée pour de nombreuses raisons, notamment la stabilisation du rouble, l’augmentation des prix du pétrole, l’augmentation de la production agricole et la propre contribution de Poutine dans le sens où il s’est débarrassé de nombreux oligarques qui se battaient entre eux et traînaient le pays proche de la guerre civile.

C’est quelque chose que peu d’économistes avaient entièrement compris. Cela consistait à prendre le contrôle d’une entreprise, soit en soudoyant, soit en menaçant la direction (c’est pourquoi il était utile d’avoir une mafia ou ce qui s’en apparentait), puis de tout dépouiller de l’entreprise et de la faire tomber en faillite, mais même en faisant faillite, elle produit toujours quelque ressource,  revenu et vous collectez tout l’argent jusqu’à ce qu’il cesse de produire. Les employés sont tous renvoyés chez eux, puis vous passez à l’entreprise suivante. Ce qu’il est important de comprendre ici, c’est que ces oligarques politiquement connectés ne se sont pas seulement enrichis, mais se sont enrichis en détruisant les moyens de subsistance de milliers de personnes.

Poutine a toujours été très néolibéral dans le domaine économique : en faveur de l’entreprise privée et des entrepreneurs. Ce néolibéralisme découle, dans son cas, de l’anticommunisme et, comme nous le voyons maintenant, de l’impérialisme russe (qu’il aurait pu acquérir en cours de route). Ses héros sont des héros anti-communistes de la guerre civile. C’était donc son idéologie, qui est évidente de nos jours, car le premier jour après l’invasion de l’Ukraine, il a convoqué la réunion avec les grandes entreprises et a essentiellement dit : c’est maintenant l’occasion de montrer ce que vous pouvez faire ; nous nous débarrasserons de toutes les restrictions, vous embauchez autant de personnes que vous le souhaitez, payez-les comme bon vous semble. Fondamentalement, une pleine liberté pour eux. Il a parlé de réduire davantage les impôts, de réduire la réglementation, etc.

J’ai entendu des gens du gouvernement russe prendre la parole à plusieurs reprises. Ils sont néolibéraux, très technocratiques, comme évidemment le fameux groupe technocratique de la Banque nationale de Russie. Leur pouvoir sur les décisions politiques clés est inexistant. Quelqu’un a récemment décrit avec justesse comment Poutine prend ses grandes décisions géopolitiques, puis les technocrates doivent trouver un moyen d’atténuer d’une manière ou d’une autre le contrecoup économique de ces grandes décisions. Poutine ne semble pas s’intéresser à la façon dont ils le feraient : il traite essentiellement le gouvernement comme certaines personnes traitent les gens qui nettoient leur maison – nettoyer le gâchis que j’ai fait. Je ne pense pas qu’il les aurait informés de la décision d’envahir l’Ukraine. Ils étaient tous, je suppose, choqués par l’étendue des sanctions. Je pense que ce sont des gens qualifiés et compétents,

 J’ai toujours pensé que cette période des années 90 était extrêmement importante. Et je comprends que beaucoup de jeunes ne connaissent pas les règles, ou que cela leur importe peu. Mais cela a fondamentalement façonné la vision du monde de la génération qui est maintenant au pouvoir en Russie. Si vous regardez Poutine et les gens autour de lui, ils ont tous entre soixante-cinq et soixante-dix ans, donc ils avaient trente ou trente-cinq ans à l’époque et eux-mêmes – y compris Poutine – ont connu ce déclin. Il y avait donc un énorme décalage entre leurs attentes alors qu’ils grandissaient dans la vingtaine et ce qui s’est passé ensuite.

Donc, j’ai toujours pensé qu’il fallait vraiment remonter à cette période pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui. Maintenant, je ne suis pas sûr que la Russie aurait même pu être entièrement intégrée à l’ordre occidental, et être une autre Italie, qui après avoir été l’ennemi pendant la Seconde Guerre mondiale est devenue un allié incontestable des États-Unis. Mais je pense que si beaucoup d’erreurs n’avaient pas été commises, nous ne serions pas aujourd’hui dans cette situation : la Russie aurait pu être intégrée dans un sens normal, c’est-à-dire en ne devenant pas une puissance révisionniste, et nous n’aurions pas à faire face à une guerre et certainement pas avoir à faire face à quelqu’un qui déciderait peut-être d’utiliser des armes nucléaires. Ainsi, le résultat d’aujourd’hui est une mise en accusation claire des politiques menées après la fin de la première guerre froide.

Je n’aime pas ces explications à caractère «  essentialiste » en économie et je ne les aime pas  non plus en science politique. Elles sont toujours inadaptées car elles sont essentiellement un condensé de ce qui est banal à un moment donné. Ainsi, elles semblent toujours correctes à un moment donné, mais elles se révèlent souvent fausses quand on les regarde ex post. Ainsi, vous aviez des explications essentialistes pour le comportement du Japon, pour le comportement de l’Allemagne, pour le comportement de l’Italie, etc., mais quand ces pays changent, alors d’une manière ou d’une autre vous vous précipitez pour avoir une explication essentialiste différente.

Il en est de même en économie. Nous avions des livres écrits sur la façon dont l’Asie de l’Est ne pourrait jamais se développer à cause du respect excessif pour les personnes âgées et du conservatisme implicite dans l’idéologie confucéenne. Puis, cinquante ans plus tard, nous lisons que c’est précisément parce qu’ils sont confucéens et soucieux de l’éducation qu’ils se sont développés. Il y avait aussi le célèbre contraste de Max Weber entre catholiques et protestants, mais dans les années 1960 et 1970, tous les pays catholiques d’Europe croissaient plus vite que les pays à prédominance protestante. Alors, comment cela se peut-il ?

Les gens aiment aussi offrir de telles explications parce qu’elles sont rentables. Vous faites publier votre livre, et quand les gens le lisent, précisément parce que de telles histoires sont une compilation de lieux communs, ils disent : « Wow, c’est vraiment phénoménal ; cela correspond parfaitement à ce que je pensais. Mais cela convient parfaitement car cela donne la tranche d’aujourd’hui interprétée comme un résultat en quelque sorte inévitable. Mais les choses changent. Ensuite, vous prenez une autre tranche d’histoire et prétendez qu’une autre explication essentialiste est vraiment importante.

C’est difficile à dire. Je pense que Poutine était principalement motivé par les facteurs géopolitiques qui sont très clairs dans ses discours. Mais certainement, la situation économique en Russie au cours des dix dernières années n’a pas été bonne.

D’abord, il n’y a pratiquement pas eu de croissance. Il y a eu quelques années où les revenus ont augmenté, puis quelques années où ils ont baissé. Puis la crise du COVID est arrivée. La Russie n’était pas une exception : presque tous les pays du monde avaient des taux de croissance négatifs, et la Russie n’était pas, en ce sens, pire que les autres. Mais son contrôle du COVID a été assez mauvais, peut-être pas tellement par rapport aux États-Unis, mais certainement par rapport à la Chine. Je pense que cela reflète et dénote la criante l’inefficacité institutionnelle du système de santé en Russie.

Donc, cette crise – car c’est une guerre atroce – est comme la cerise sur le gâteau. Il y a eu un manque de croissance, un sentiment de stagnation, la crise du COVID, puis une guerre. C’est une histoire circulaire de la Russie : vous améliorez la situation pendant dix ou vingt ans et puis vous avez un déclin calamiteux. Cela s’est produit plusieurs fois au cours des cent dernières années et cela se reproduit maintenant.

Si l’on considère les effets sur la Russie, les sanctions sont évidemment complètes. Elles sont d’une ampleur sans précédent, et en particulier les sanctions financières sont quelque chose d’assez nouveau. Je ne pense pas que nous n’ayons jamais vu une saisie des actifs de la banque centrale. Donc, c’est en soi un grand pas. Et dans les journaux russes, on pouvait lire les effets des sanctions, par exemple, sur le transport aérien : bientôt, les gens pourraient ne plus pouvoir voler de Moscou à Vladivostok. Si les avions que les compagnies aériennes russes louent actuellement –  qu’elles prévoient maintenant de ne pas rendre –  ne peuvent pas être entretenus et réparés par Boeing et Airbus, ils n’auront pas de substituts russes à la hauteur. Vous ne pouvez pas développer une industrie aéronautique en quelques années.

En dehors de cela, la construction de machines et les industries du gaz et du pétrole dépendent entièrement de la technologie occidentale. Il faut savoir que l’industrialisation soviétique des années 1930 reposait aussi largement sur la technologie occidentale.

Aujourd’hui, les constructeurs automobiles russes ont déjà envoyé des milliers d’employés en congé de vingt jours. De nombreuses voitures comme Toyota, Nissan et d’autres sont produites en Russie, mais à partir de pièces provenant du monde entier. Lorsque ces pièces cesseront d’arriver, que feront les travailleurs? Dans les années 1990, certains auraient pu dire, OK, essayons de remplacer les importations. Ce n’était peut-être pas une bonne politique, mais c’était faisable parce que la base industrielle était là. Mais pour les raisons déjà évoquées précédemment, cette base industrielle a été soit détruite, soit totalement modifiée. Donc, vous ne pouvez pas remplacer les importations maintenant sans technologie étrangère, sans une base industrielle essentielle et sans une augmentation de la main-d’œuvre (car la Russie a une population en déclin).

Je pense que les sanctions seraient très difficiles à lever. Quand vous regardez d’autres cas, comme l’Iran, certaines sanctions ont récemment été levées, mais la plupart demeurent toujours en place. Le développement technologique de l’Iran et sa capacité même à vendre du pétrole ont été considérablement compromis. Le fait que les sanctions aient été mises en place par le Congrès rend leur levée encore plus difficile. Prenez l’amendement Jackson-Vanik, les sanctions contre l’URSS à cause des limites à l’émigration juive. Ils ont été conservés dans les livres pendant vingt ans après que toute leur raison eut disparu. Chaque année, l’administration devait notifier au Congrès que les sanctions ne devaient pas être appliquées parce qu’il n’y avait aucune raison pour elles, mais elles étaient toujours dans les livres.

Même si la guerre devait s’arrêter demain, la volonté de lever les sanctions serait très faible. C’est pourquoi je pense que c’est un événement si important. Même si la guerre devait s’arrêter demain, la volonté de lever les sanctions serait très faible et impliquerait une telle liste de concessions que tout gouvernement russe venant après celui de Poutine aurait politiquement du mal à accepter. Il faudrait un autre Brest-Litovsk. Sous une forme ou sous une autre, il faut donc s’attendre à ce que les sanctions existent encore longtemps, même si elles ne seront peut-être pas toutes également contraignantes.

  Le problème n’est pas que le gouvernement fait de mauvais choix politiques ; le problème est que, dans la situation actuelle, il n’y a presque pas de bons choix politiques à faire.

Je pense que le gouvernement fait essentiellement une opération de nettoyage parce qu’il est mis devant le fait accompli. Il n’y a pas de bonnes décisions : elles sont pratiquement comprimées, étant donné que le domaine de la prise de décision est tellement restreint par les décisions politiques de Poutine et par la réponse de l’Occident.

Il y aura certainement une augmentation du taux d’inflation, puis éventuellement des pénuries, puis une inflation combinée à des pénuries, avec en plus de nombreux Russes de la classe ouvrière perdant leur emploi. Il peut être difficile d’obtenir ne serait-ce que la nourriture élémentaire et les biens de survie, puis le gouvernement sera poussé par les événements vers le rationnement.

Je l’ai déjà dit, le gouvernement est néolibéral. Mais si l’alternative est des émeutes populaires, ce qui pourrait aussi arriver — et je pense que les raisons économiques sont de très bonnes raisons pour faire et organiser des émeutes parce que personne ne peut vous accuser d’être un ennemi ou un traître si vous faites émeute parce que vous n’avez pas assez à manger — l’économie devrait passer à une sorte de pied de guerre. Pas nécessairement parce que le gouvernement veut le faire, mais parce qu’il serait amené dans cette direction.

Je vois déjà des signes de pénurie se produire. Évidemment, ils ne viendront pas tout de suite : il y aura toujours des stocks et des gens pour les remplir. L’autre face de la pénurie est la surabondance, ou en d’autres termes, le gaspillage. Parce que quand vous avez une pénurie de sucre aujourd’hui, qu’est-ce que tout le monde va faire ? Essayez d’acheter dix, quinze kilos. Cela aggrave la pénurie, ce qui rend les gens plus susceptibles d’acheter cent kilos. Vous en accumulez des stocks chez vous, une partie est gaspillée, mais les stocks finissent par s’épuiser.

Donc, je pense que les choses vont aller de mal en pis.

Nous sommes en pleine guerre et nous ne savons pas combien il y aura de migrants. Si l’on prend un cas récent, celui de la Bosnie, c’était plus de 20 % de la population. Avant le début de cette guerre, je pensais que s’il y avait une guerre en Ukraine, la migration pourrait signifier que 5 millions de personnes quitteraient l’Ukraine. Aujourd’hui, ce chiffre est atteint, et comme on dit, c’est la vague de migration la plus rapide de tous les temps, car il est relativement facile de se rendre de l’Ukraine à la Pologne.

Mais à plus long terme, je pense qu’il est impossible de dire quelle serait l’ampleur de la migration. Et deuxièmement, y aura-t-il bientôt un cessez-le-feu ? Je pense que s’il y avait une sorte de solution politique, beaucoup de ces gens reviendraient. Ils sont à proximité et, si leurs maisons n’ont pas été détruites, beaucoup d’entre eux pourraient préférer rentrer plutôt que d’émigrer définitivement. Mais plus la guerre dure, plus vous vous créez un nouvel environnement dans le nouveau pays, plus vous avez de chances de trouver un emploi, de trouver un cousin ou quelqu’un d’autre avec qui rester. Dans le cas syrien, quand cela a commencé, les gens sont allés en Turquie et dans les pays voisins. Mais alors que la guerre se poursuivait en Syrie – maintenant depuis plus d’une décennie – les gens n’y sont pas retournés.

Le lien entre les migrations internes et le régime de sanctions actuel… Il y a une tension de pensée en Russie concernant sa singularité économique et géopolitique : l’eurasianisme. La Russie est presque entièrement, du point de vue de la population, basée sur l’Europe, mais dans des conditions comme les conditions actuelles, vous pouvez imaginer – et c’est plus de l’imagination que de la réalité –  la Russie essayant de pivoter vers l’Asie.

Si vous deviez déplacer les gens comme par décret, mettre plus de gens en Asie de l’Est aurait du sens et présenterait certains avantages. L’Asie de l’Est est la partie la plus dynamique du monde. L’Europe décline à la fois en termes de population et d’importance économique. Être proche de la Corée, du Japon, de la Chine, commercer avec eux et ne pas être nécessairement exposé aux sanctions et aux problèmes que vous avez eus avec l’Europe, semblerait théoriquement une bonne proposition.

Le problème est cependant que 80 % de la population russe vit dans la partie européenne de la Russie. Les distances à l’intérieur de la Russie sont énormes, les infrastructures sont inexistantes ou très insuffisantes, et les emplois à l’Est sont rares et insuffisants. Vladivostok, par exemple, qui est la plus grande ville de la région du Pacifique, compte un demi-million d’habitants, tandis que Moscou compte 12 millions d’habitants. On parle donc d’un énorme mouvement de population, difficilement envisageable.

Les Soviétiques ont essayé de développer les parties nord du pays. Ils voulaient avoir plus de gens là-bas parce que c’était là que se trouvaient les ressources. Ils les ont beaucoup mieux payés et beaucoup de gens sont allés là-bas – pas par millions, mais par milliers. Mais la plupart de ces villes « mono-compagnies » ont disparu après la transition. Si vous regardez Norilsk, où R. Abramovich tire son profit du nickel, ce n’est pas particulièrement attrayant. Il y a probablement de l’obscurité pendant huit mois de l’année. Mais cela a fait de lui l’une des personnes les plus riches du monde. Mais vous attendez-vous vraiment à ce que 2, 3 ou 4 millions de personnes aillent vivre dans de telles villes ? Je ne pense pas que ce soit réaliste.

L’un des points est que nous sommes en présence d’un changement massif. Il s’agit d’un changement d’importance équivalente à la révolution industrielle. C’est un rééquilibrage du monde, avec la montée en puissance de l’Asie : je ne parle pas seulement de la Chine, mais aussi du Vietnam, de l’Inde et de l’Indonésie — pays évidemment grands et peuplés — avec le centre de gravité de l’activité économique qui se déplace d’Ouest en Est. Je pense que cela se produit et continuera de se produire dans les deux prochaines générations ou peut-être plus.

Lorsque vous regardez la carte de l’Eurasie – de facto un continent – vous pourriez vous retrouver avec une situation comme celle des années 1400 et 1500, avec des parties assez riches à la fois de l’Atlantique et du Pacifique, tandis que l’arrière-pays est relativement pauvre. Il existe des études qui examinent, par exemple, le niveau de revenu en 1400 ou 1500 en Angleterre et en Chine, et les rendements céréaliers aux Pays-Bas par rapport à la vallée du fleuve Yangtze. Fondamentalement, nous parlons du même niveau de développement du marché et d’un niveau de revenu identique ou similaire. Évidemment, des revenus très modestes par rapport à aujourd’hui, mais les deux extrémités du continent eurasien, les deux parties maritimes, toutes deux relativement similaires en termes de revenus, alors que dans l’Eurasie continentale où se trouve la Russie maintenant, vous aviez l’empire mongol, qui était beaucoup plus pauvre et à un niveau de développement technologique inférieur. Ce serait également la situation de la Russie demain et la guerre avec l’Ukraine rend ce résultat encore plus probable, pour toutes les raisons que nous avons mentionnées précédemment.

Je ne serai pas là pour étudier les conséquences à long terme, mais je pense que nous pourrions finir par voir cette guerre comme l’événement vraiment crucial qui a accéléré un tel développement. L’absence de développement économique ou la pauvreté relative pourraient également soulever d’autres questions, notamment la durabilité de la configuration politique actuelle de l’ensemble de la région ou de la Russie. Les régions productrices de pétrole pourraient se demander pourquoi elles ont besoin de Moscou ; pourquoi ne pas créer un autre Emirats Arabes Unis ? Je ne dis pas cela sérieusement aujourd’hui, mais il est clair que cela ouvre de nombreuses possibilités.

Il me semble que cela ressemble à une stagflation parce que nous aurons probablement un déclin ou une croissance nulle ou très modeste. Cela est particulièrement problématique après la baisse de 2020 et juste un rebond en 2021. Du côté de l’inflation, il y a eu une forte expansion monétaire en raison des dépenses liées au COVID pour maintenir un niveau de vie adéquat pour de nombreuses personnes. Et maintenant, il y a des problèmes avec la hausse des prix des aliments et de l’essence.

En ce qui concerne les prix des denrées alimentaires, je m’inquiète davantage de l’impact sur les pays les plus pauvres, où les prix des denrées alimentaires, les émeutes et les changements de gouvernement sont souvent allés de pair. L’Egypte est un exemple particulièrement bon : chaque fois que vous avez une augmentation des prix des denrées alimentaires, vous avez des émeutes. Cela ne veut pas dire que le gouvernement est voué à tomber, mais c’est une préoccupation permanente. La nourriture et l’énergie, y compris les frais de transport, représentent plus de la moitié des dépenses des ménages les plus pauvres et de la classe moyenne. Donc, je trouve ces augmentations de prix assez inquiétantes et je ne suis pas sûr que les organisations internationales seront en mesure d’y faire face. Une instabilité politique pourrait s’ensuivre de manière durable.

Je suis plus préoccupé par l’impact sur les pays les plus pauvres, où les prix des denrées alimentaires, les émeutes et les changements de gouvernement sont souvent allés de pair.

C’est ce que je suppose maintenant. J’étais très pessimiste quant aux effets politiques du COVID, même si je dois dire qu’ils étaient relativement limités et pas aussi graves que je le pensais – c’est-à-dire en supposant que la décision de Poutine d’envahir l’Ukraine n’est pas liée à son auto-isolement du COVID. Mais dans les pays les plus pauvres, le COVID, les taux de morbidité et de mortalité élevés, les pénuries alimentaires et le prix élevé de l’énergie créent une combinaison très explosive.

Il y a une belle déclaration de David Ricardo quand il dit que tout ce qui arrive aux produits de luxe, que leur prix à l’importation augmente ou baisse, n’a aucune importance pour les profits parce que les profits dépendent entièrement des salaires, et les salaires des coûts des biens salariaux. Si le prix des produits de luxe augmente, cela n’affecte en réalité que la consommation des capitalistes, pas la répartition entre le profit et les salaires. Donc, en plaçant la pensée de Weber dans ce cadre classique, c’est qu’il y a des biens auxquels nous devrions accorder une attention particulière. Et cela me semble être vrai, et pas suffisamment apprécié.

Dans son livre sur la Chine, Weber utilise les exemples historiques de ce que les gouvernements chinois ont fait au fil des ans avec les greniers, les utilisant comme un mécanisme pour contrôler l’offre, et donc le prix, des céréales. Et, plus récemment, ils ont fait de même avec l’approvisionnement en porc, évidemment un ingrédient important dans la consommation de la population chinoise. Lorsqu’il y a eu la grippe porcine, ils ont essentiellement utilisé l’approvisionnement provenant de sources gouvernementales pour amortir la hausse des prix. Les États-Unis ont par exemple un mécanisme similaire dans les réserves stratégiques de pétrole. Je répète : je pense que Weber a raison dans le sens où il y a certains biens — et comme je l’ai dit, vous pourriez les appeler des biens salariaux — qui sont vraiment importants pour le maintien de la vie normale de larges parties de la population. Nous l’avons oublié.

Soit dit en passant, il ne s’agit pas seulement de consommation : il faut regarder d’autres biens clés, des intrants dont les effets se propagent dans toute l’économie. C’était autrefois de l’acier, peut-être qu’aujourd’hui ce sont des puces électroniques, qui sont vraiment intégrées dans le prix de nombreux produits finis. Par exemple, les prix des voitures d’occasion aux États-Unis ont augmenté en raison de la pénurie de puces. La pénurie de micropuces a entraîné une baisse de la production de voitures neuves, ce qui a entraîné à son tour une augmentation du prix des voitures d’occasion.

Donc, c’est un argument selon lequel les chips sont très importantes, d’une manière que, disons, le parfum ne l’est pas. C’est ma compréhension des points de Weber.

Sur les gouvernements qui s’attaquent aux problèmes des paradis fiscaux : je suis tout à fait d’accord. Je pense que le taux minimum d’imposition des sociétés de 15 % est correct et qu’une action coordonnée des principaux gouvernements pourrait vraiment faire une énorme différence dans la capacité des riches à se cacher de leur propre pays et de la fiscalité en général.

Mais je suis quelque peu ambivalent sur ce qui s’est passé maintenant. Parce que nous ne changeons pas vraiment les règles du jeu. Nous donnons essentiellement aux gouvernements individuels le droit de saisir des actifs pour des motifs entièrement politiques. Même les définitions sont encore très floues. Je veux dire, qui est proche de Poutine ? Qui n’est pas proche de lui ? Comment savons-nous ? Il y avait autrefois l’Almanach de Gotha détaillant la noblesse allemande, mais nous n’avons pas cela pour l’élite russe aujourd’hui. Nous sommes dans des eaux totalement inconnues.

Ces gouvernements, en particulier les Britanniques, et les élites de ces pays, ont été d’énormes bénéficiaires du transfert de richesse, ou pour être franc, du vol qui s’est produit après la chute de l’Union soviétique. Les gens diront peut-être que si nous prenons maintenant cet argent aux oligarques, c’est bon pour les inégalités mondiales. Bien sûr, arithmétiquement c’est le cas : vous auriez moins de milliardaires. Mais la question est de savoir à qui cet argent ira-t-il ? Une possibilité, qui je pense n’est pas déraisonnable, serait de l’utiliser pour des réparations à l’Ukraine.

Les saisies d’actifs à motivation politique ouvrent une boîte de Pandore. Supposons que la Chine décide que l’inégalité des richesses au Royaume-Uni est trop élevée. Alors, la Chine devrait-elle alors saisir les avoirs des oligarques britanniques ? Je comprends que ces décisions soient prises pour des raisons politiques, mais nous ne devrions pas les traiter comme si elles étaient fondées sur un souci de bien commun et qu’elles étaient soudainement prises par désir de réduire les inégalités de richesse.

Si des décisions similaires étaient prises de manière coordonnée par un certain nombre de gouvernements, et avec la participation de l’ONU ou d’organisations internationales, affectant des milliardaires de nombreux pays, et avec des règles claires concernant l’utilisation de ces fonds, elles pourraient être soutenues. Mais ce que nous voyons aujourd’hui, c’est la prise de décision en temps de guerre par des gouvernements individuels, ce qui peut être acceptable pour les conditions de temps de guerre mais ne peut pas être utilisé comme un principe général et ne doit pas être camouflé pour être une tentative d’exiger la justice. Cela n’a rien à voir avec la justice ou l’égalité. Donc, je suis plus ambivalent à cet égard.

 

Sébastien Ecorce, prof neurobiologie, Salpetrière, Icm,
coresponsable de la plateforme de financements de projets. Ecrivain

, , ,
librCritique
librCritique

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.