[News] News du dimanche

octobre 9, 2022
in Category: livres reçus, News, UNE
0 829 21
[News] News du dimanche

Avec le mois d’octobre, on retrouvera avec plaisir le Festival MidiMinuit poésie (Nantes) et le Salon de la revue, entre autres Libr-événements… et aussi les Nouvelles aventures d’Ovaine (Tristan Felix), juste après le point de vue de Jacques Demarcq sur le Nobel. Mais auparavant, en UNE, le dernier livre de Séverine Daucourt, qu’il faut lire éperdu(e)ment…

 

Livre à la UNE /FT/

Séverine DAUCOURT, Les Éperdu(e)s. Petit précis de psychiatrie poétique, Lanskine, parution en librairie en fin de semaine, 92 pages, 15 €, ISBN : 978-2-35963-080-0.

Ce passionnant et frappant Petit précis de psychiatrie poétique fait entrer en résonance trois discours. Tout d’abord, le récit circonstancié, dont les phrases commencent toujours par une circonstancielle de temps (« Quand… »), d’une (im)patiente qui n’est pour le corps médical qu’une « TS », réduite à la tentative de suicide qu’elle a manquée à vingt ans : « Quand les blouses cherchent à poser un diagnostic sur mon mode de vie : autiste, dépressive, bipolaire, borderline, petite pute, post-traumatisée, hypocrite, hystérique, sanguinaire, poète ? » (Trouver l’erreur). Alternent avec ce témoignage poignant, en petites capitales, les items d’un discours psychiatrique dominant. Enfin, en italiques, la voix poétique : « Écrire de la poésie pour garder l’asile à distance, somnambule hors-bornes tâtant la différence entre ce remugle de ténèbres et ce remugle de ténèbres » (p. 87).

 

Libr-événements

Du 12 au 15 octobre 2022, Festival MidiMinuit poésie #2022 à Nantes :

LES THÉMATIQUES
"Des oiseaux plein la voix"
"Écrire la guerre"
MERCREDI 12 OCTOBRE
12h30 I Jardin des Fonderies
Une pluie d'oiseaux - lecture-concert avec Marielle Macé et Anne-Line Drocourt
présenté par Alain Girard-Daudon

16h-17h30 I Café des Pangolins
Table ronde « Des oiseaux plein la voix » avec Marielle Macé, Violaine Lochu et Agnès Aubague animée par Pascal Massiot

14h-17h I Maison de la Poésie
« Livres à l’envi(e) », vente de livres à prix libre

19h30 I Ateliers de Bitche
Variations Volodine - lecture-concert avec Antoine Volodine, Denis Frajerman (percussions et flûte) et Laurent Rochelle (saxophone soprano et clarinette basse)
présenté par Alain Girard-Daudon

JEUDI 13 OCTOBRE
12h30 I Jardin des Fonderies
Hybird - performance de Violaine Lochu (voix et accordéon)
présenté par Yves Arcaix

16h-18h30 I Maison de la Poésie
« Livres à l’envi(e) », vente de livres à prix libre

19h30 I Pannonica
World is a blues - lecture-concert avec Kristoff K.Roll (musique) et Jean-Michel Espitallier (voix) + « guests »
présenté par Alain Anglaret

VENDREDI 14 OCTOBRE
12h30 I Jardin des Fonderies
My word is a bird - Dictapoèmes polyglottes et sifflés : performance avec Agnès Aubague 
présenté par Alain Merlet

16h30-18h I Café des Pangolins
Table ronde « écrire la guerre » avec Jean-Michel Espitallier et Velibor Čolić
animée par Pascal Massiot

21h I Cosmopolis
« Écrire la guerre » : commandes d'écriture et lectures avec Emmanuèle Jawad, Antoine Volodine, Mathieu Larnaudie
suivies d’un échange animé par Sylvain Bourmeau (AOC)

SAMEDI 15 OCTOBRE
au lieu unique
12h I Salon de musique I Inauguration
Christophe Fiat et Fred Nevché (musique) I Tea Time - lecture-concert
présentation de Alain Girard-Daudon

13h45 I Atelier 2 - scène atelier
Entretien animé par Éric Pessan
Revue Véhicule avec Garance Dor et Vincent Menu, 
suivi de Les autres - performance de Diane Giorgis I 14h10

14h45 I Salon de musique
Koleka Putuma I Collective Amnesia - lecture bilingue
présenté par Isabelle Laé-Lesquer

15h45 I Salon de musique
Mélanie Leblanc (autrice), Gisèle Pape (musique) et Magali Cazo (dessin) I
Le labyrinthe des jours - lecture-concert dessinée
présenté par Jeanne Moineau

16h-17h30 I Salon de lecture
Bataille spatiale avec Garance Dor - Atelier destiné aux enfants comme aux adultes

16h30 I Atelier 2 - scène atelier
Entretien animé par Éric Pessan 
« Pourquoi la Poésie ? » avec Emilien Chesnot et Milène Tournier

17h15 I Salon de musique
Milène Tournier l Se coltiner grandir - Iecture et vidéo 
présenté par Jeanne Moineau

18h I Bar
Bataille spatiale avec Garance Dor - Performance collective

18h45 I Salon de musique
Natyot et Gaëtan Chataigner I ils, défaut de langue - performance 
présenté par Alain Merlet

19h30 I Salon de musique
Emmanuèle Jawad I Aires - lecture
présentation de Frédéric Laé

20h15 I Atelier 2 - scène atelier
Entretien animé par Éric Pessan 
« Travailler ensemble » avec Natyot, Christophe Fiat et Fred Nevché

21h15 I Salon de musique
Mathieu Larnaudie et Pierre-Yves Macé (compositeur) I Hong Kong Police Terroriste Organisation - lecture-concert
présenté par Alain Anglaret

22h I Salon de musique
Emilien Chesnot I La vie en société - lecture
présenté par Yves Arcaix

22h45 I Foyer Haut
Anna Serra (autrice), Karine Pain (vidéo) et Nicolas Lafourest (guitare) I Danse-combat - lecture-concert et vidéo
présenté par Isabelle Laé-Lesquer

23h30 I Foyer Haut
Fantazio et Sarah Murcia (Contrebasse) I lecture-concert
présenté par Yves Arcaix

 

Vendredi 14 octobre 2022, Université Sorbonne Nouvelle, Maison de la Recherche (4 rue des Irlandais, 75005 Paris, Salle du Conseil) : Sandra Moussempès: une poétesse en traduction.

Programme :

15h : Accueil

15h15-16h : entretien de Sandra Moussempès avec Lénaïg Carriou (Université Paris 8).

16-16h30 Sandra Moussempès : lecture d’extrait du recueil Cassandre à bout portant (Prix Théophile Gautier de l’Académie française, 2022).

16h30-18h Cassandra at point blank range : discussion avec Carrie Chappell (Université Paris 1) et Amanda Murphy (Université Sorbonne Nouvelle) autour de la traduction à paraître.

18h Cocktail.

Responsable scientifique : Amanda Murphy, Maîtresse de conférences, TRACT (PRISMES), Université Sorbonne Nouvelle.

 

Samedi 15 et dimanche 16 octobre 2022, 32e salon de la revue : programme complet / Revues présentes par ordre alphabétique. Entre autres : hommage à Michel Deguy, place des revues en librairie… et présentation du dernier numéro (20e déjà !) de la revue COCKPIT, plutôt réussi : avec notamment Louis Ucciani, Sophie Coiffier, Vincent Broqua… et les deux pages de « Critique Club ».

 

Brèves remarques sur le Nobel de littérature /Jacques Demarcq/

Le Clézio, Modiano, Ernaux : à la finale vient un dernier critère, après d’autres. Si elle dure un peu, Ango devrait avoir ses chances contre Sollers.

Rappel : Sully Prudhomme fut le premier lauréat, en 1901. L’année précédente, il avait été élevé grand chevalier de la Légion d’honneur.

Tolstoï, Zola, Brecht, Zweig, Joyce, Woolf, Nabokov, Orwell, Huxley, plus récemment Philip Roth ou (le survivant) Rushdie ont échappé au prix.

Les morts prématurément Apollinaire et Mandelstam n’avaient, de toute façon, aucun titre à être honorés, le poème ne relevant chez eux de la littérature.

Même la mieux informée des Académies peut se tromper. Il arrive que du hasard se glisse dans le jeu : Beckett (1969) ou Brodsky (1987) sont des francs-tireurs sans cause humanitaire.

 

Les nouvelles aventures d’Ovaine /Tristan Felix/

♦ Quand Ovaine dessine un orage, tout l’Olympe déménage avec fracas. Ouste d’là !

Le ciel déchire grave ; les oiseaux piaffent ; au fond des coquilles, c’est grand tumulte.

À chaque éclair un esprit s’éveille. Homovides, zombrions, moroïdes, clitosaures, foutracules, chibouzoucs et brutabagards s’émeuvent de soudain penser.

Electrisée par tous ces allumés, Ovaine consulte en secret l’illustre professeur Frankenstein.

Ils délibèrent à haute tension sur la faisabilité d’un dressage mais, pour tout dire, ça clignote menu.

La ribambelle de survoltés, bien vite au jus du traquenard, pètent les plombs et, du même coup, délivrent la créature de Frankenstein, belle comme un orage.

 

♦ À chaque mort qui meurt, Ovaine accourt en camionnette pour le vérifier (le rendre vrai).

Les autres morts l’aident à se hisser dans la benne et lui remettent ses nouveaux papiers.

Tout neufs incognitos, ils bringuebalent dans le vent et parfois avalent un nuage pour se donner contenance.

Ovaine les conduit dans son paradis privé où ils apprennent à dire n’importe quoi, à jouer au hasard et à tenter le tout pour le tout.

Même le diable qui cuve sa retraite dans la bière.

Après ce court séjour dans l’éternité véritable, Ovaine les promeut tous chefs du département d’Outre-Tombe.

, , , , , , , , , ,
Fabrice Thumerel
Fabrice Thumerel

Critique et chercheur international spécialisé dans le contemporain (littérature et sciences humaines).

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *