[NEWS] NEWS du dimanche

mars 19, 2023
in Category: livres reçus, News, UNE
0 948 27
[NEWS] NEWS du dimanche

En ce dernier dimanche juste avant le printemps, on s’intéressera à la vie sociale des poètes, ou on pourra tenter une descente aux enfers avec La Cité dolente de Laure Gautier, ou encore retrouver le duo Beurard-Valdoye / Isabelle Vorle… Mais auparavant, nos Lib-livres reçus

Libr-livres reçus

 

► La Revue des revues, n° 69, 144 pages, 18 €.

► Sébastien DENIS, Ezra Pound et le cinéma, Quidam éditeur, 108 pages, 12 €.

► Daniel CABANIS, Tutoiements, éditions Louise Bottu, 92 pages, 14 €.

► Benoît CASAS, Combine, Nous éditions, 272 pages, 20 €.

► Laure GAUTHIER, La Cité dolente, Lanskine, coll. poche, 64 pages, 8 €.

► Sébastien RONGIER, The Party de Black Edwards, éditions GREMESE, 120 pages, 21 €.

 

Libr-événements

► Mercredi 22 mars 2023, 19h : Sébastien Dubois – La vie sociale des poètes
Avec Aurélie Foglia & Dominique Rabaté tarif : 6 € — adhérent : 0 €

« La poésie est une île qui se détache du continent », écrit le prix Nobel de littérature Derek Walcott. Mais alors, qui sont les habitants de cette île et comment vivent-ils, s’interroge Sébastien Dubois ?

Malgré les nombreux discours de déploration sur la poésie, qui irait de crise en crise depuis 1945, jamais cet art n’a connu une telle vitalité : livres, lectures, performances, festivals, marchés foisonnent ; des auteurs sont publiés de leur vivant dans la Pléiade ou en livre de poche, d’autres sont étudiés à l’université, entrent dans les programmes scolaires, etc.

L’auteur porte un regard de sociologue sur la condition, relativement organisée, des poètes contemporains, qui mêlent activités littéraires et « seconds métiers » comme modes d’existence. Surtout, parce que la poésie est à la source de toute littérature et demeure un art « pur », gouverné par le prestige, il s’attache à saisir la vie esthétique de ses auteurs.

À lire – Sébastien Dubois, La vie sociale des poètes, Les presses de Sciences Po, 2023.

 

► Vendredi 24 mars, 20H : Laure Gauthier – La cité dolente Accompagnée par Serge Teyssot-Gay. tarif : 12 € — adhérent : 6 €

À quoi pourrait ressembler l’Enfer sur terre aujourd’hui ? En dialoguant avec La Divine Comédie de Dante, Laure Gauthier dans La cité dolente réinvente l’Enfer à partir du récit poétique d’un vieil homme anonyme qui s’enferme volontairement dans un hospice : il fuit notre monde où l’on est enseveli sous un flot constant d’images et d’objets et espère, depuis son EHPAD, trouver enfin le temps de penser à sa vie avant de mourir. Mais l’Enfer aujourd’hui, c’est bien de ne pas pouvoir nous retrancher ni respirer, ne pas parvenir à trouver le temps, même pas à l’orée de la mort.

Laure Gauthier, accompagnée du musicien Serge Teyssot-Gay, expérimentent et tracent un chemin d’énergie : depuis la voix et la guitare électrique, l’autrice et le musicien arrivent à affronter la violence mais aussi à sonder profondément en nous pour y trouver l’énergie d’y résister : ils tentent d’inventer ensemble un mouvement pour « oser faire le choix de respirer, les pieds nus et les mains vides ».

► 

, , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Fabrice Thumerel

Critique et chercheur international spécialisé dans le contemporain (littérature et sciences humaines).

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *