[NEWS] NEWS DU DIMANCHE

avril 2, 2023
in Category: Création, livres reçus, News, UNE
0 1051 15
[NEWS] NEWS DU DIMANCHE

En ce premier dimanche d’avril offensif, on méditera les Brèves de l’Agence Tumorale de Communication disruptive, (sic !), avant de découvrir notre nouvelle sélection de 5 livres reçus et de noter sur son agenda le rendez-vous avec la flamboyante Anne-Olivia Belzidsky du 22 avril au 7 mai…

 

Brèves de l’Agence Tumorale
de Communication disruptive

  1. Notre étronomie, comme notre popolitique, est résiliente. D’ailleurs, pour l’avenir moderne de notre pays moderne, la fRANCE, tout le monde se doit d’être résilient.
  2. Nos braves Casseurs anti-EcoloGauchistes ont dû défendre un trou au milieu de NullePart : les affaires sont les affaires, n’est-ce pas ? Vive les Bienfouteurs de la terre !
  3. Nos zélés Casseurs anti-Grève ont dû faire un trou dans la foule des voyous-Wokes : à coups de LBD contre les LGBT+, faut bien s’amuser n’est-ce pas ? Et puis il faut bien défendre les intérêts supérieurs de la dynastie des ÇaProfite !
  4. Tout bien considéré, la Retraite est un héritage qui échappe aux Bienfouteurs de l’homonculité : tout abus de confiance et recel de biens sociaux mérite poursuites, n’est-ce pas ?
  5. Rien ne peut échapper à la Zone Etronomique Tumorale (ZET), pas même le second héritage du peuple : pourquoi les héritiers des maigres économies parentales bénéficieraient-ils d’une Zone de Confort Financière (ZCF) ? Grâce aux forces Etronomiques Huniques Pour Avaler les Deniers (EHPAD), ils continuent à gagner normalement leur pain à la sueur de leur front.

 

Libr-livres reçus

► Caroline ANDRIOT-SAILLANT, Reprise, Atelier de l’Agneau, printemps 2023, 84 pages, 17 €.

► Alexander DICKOW, Appétits suivi de Un grenier, éditions La Rumeur libre, 2022, 136 pages, 17 €.

► Tristan FELIX, Testicul, Tinbad éditions, 82 pages, 15 €.

► Jean-Charles MASSERA, Occupy Masculinité, éditions Verticales, en librairie ce jeudi 6 avril 2023, 168 pages, 18,50 €.

► Nicolas TARDY, Stimuli, Les Inaperçus, mars 2023, 42 pages, 7,50 €.

 

Libr-événement :

Anne-Olivia Belzidsky – Elle revient
exposition personnelle du 22 avril au 7 mai 2023
BlaiseFactory, 62 rue des Bains, Trouville-sur-Mer

 

Anne-Olivia Belzidsky est à la fois peintre et sculpteur.

Ses productions se situent à la croisée de la haute couture et d’un art contemporain qui s’est réapproprié le sens de l’objet.

Haute couture, parce que les figures féminines qu’Anne-Olivia Belzidsky projette dans l’espace donnent à voir d’abord des robes, des plissés, des coupes et des découpes, des mousselines et des organzas réinventés, transfigurés par le peintre et sculpteur.

Le post-modernisme se cherche une nouvelle voie, et la question du beau et du savoir-faire est de nouveau autorisée, de nouveau posée.

Avec l’œuvre d’Anne-Olivia Belzidsky vient immédiatement cette impression d’un retour du baroque sur le devant de la scène, un retour de l’icône en son sens religieux, son sens polarisant, son sens reliant.

Les figures féminines de l’artiste transportent en différents ailleurs.

Le hiératisme des personnages d’Alberto Giacometti s’est ici ressourcé auprès des danseuses de Degas.

Le noir profond domine, et toutes matières y servent : métaux, huiles, céramiques.

C’est un art aussi envoûtant que sérieux, et sa prise sur le réel du siècle est assez nette : les femmes projetées devant nous ont clairement été arrachées au chaos, où l’ascèse de l’autofiction le dispute au foisonnement, et la tonalité japanisante et zen à un minimalisme expressionniste.

La série de sculptures présentée à la BlaiseFactory possède un fil rouge : l’artiste a décidé de donner aux œuvres le nom d’un personnage féminin archi-connu, l’une de ces femmes marquantes de l’Histoire, mais encore et tout aussi bien le nom de l’une de ses amies proches, ou même le nom d’une ancêtre. Dans le bel espace de la BlaiseFactory, il ne sera pas anodin de croiser et de rencontrer en personne Simone Veil, Isabelle Huppert, Lou-Salomé Pennor’s, Armelle Pioline, Lucie Aubrac ou Lady Gaga….

Commencé il y a une dizaine d’années dans le centre de Paris, le travail et la recherche d’Anne-Olivia Belzidsky s’épanouissent aujourd’hui sur la côte normande à Trouville-sur-Mer, où elle a installé son atelier.

On l’a vue il y a quelques années offrir une proposition d’art total dans le 11ème arrondissement de Paris à La Générale, immense station autrefois dédiée à la distribution d’électricité, où des artistes de tout bord ont fait vivre une avant-garde passionnante.

Elle aura aussi investi la célèbre fondation d’art contemporain La Maison rouge d’Antoine de Galbert, où l’une de ses installations fut associée à un unique et flamboyant concert.

La pratique baroque de l’artiste insiste et persévère.

« Elle revient ».

On la retrouvera avec grand intérêt dans l’écrin trouvillais de la BlaiseFactory, située en plein cœur du Trouville historique.

En duplex aux mêmes dates du printemps 2023, la galerie parisienne Sophie etc., qui s’est fait une place de choix dans le monde du bijou contemporain, accueillera 7 sculptures miniatures signées Belzidsky.

, , , , , , , , , , , , ,
Fabrice Thumerel

Critique et chercheur international spécialisé dans le contemporain (littérature et sciences humaines).

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *