[Création] Daniel Cabanis, Comparutions expéditives (6/6)

[Création] Daniel Cabanis, Comparutions expéditives (6/6)

mai 6, 2023
in Category: Création, UNE
0 694 14
[Création] Daniel Cabanis, Comparutions expéditives (6/6)

Audience n° 6

[Lire/voir Audience 5]

Ont comparu (de g à d) : Maud Sauria / Damien Norday / Gérard Guen / Lucas Jabelle

21 / Danser, vous croyez que je suis là pour danser ! Vous n’y êtes pas. Il y a des pistes pour ça, des boites de nuit. Que n’y allez-vous, si le besoin de gigoter à poil vous obsède ? Je veux bien que l’exhibitionnisme soit le moteur de la transe, si vous le dîtes, mais pas de ça ici. Pas le genre de la maison, désolé. La transe des autres, rien à carrer. Capito ? Gardez votre chapeau et vos gants. Et si vous ôtez votre culotte, je vous fais encabaner.

22 / Bon, d’après vos certificats médicaux, vous êtes bipolaire (je préfère maniaco-dépressif mais va pour bipolaire) ; problème, votre femme aussi. Et vous n’êtes pas synchrones. Quand elle va bien, il est dépressif ; et vice versa. C’est aberrant. Si vous accordiez vos violons, ça irait mieux : vous pourriez déprimer en même temps ; et de ce fait, vous partageriez aussi les moments d’euphorie. Ah, le violon l’énerve ! Qu’il essaie la contrebasse.

23 / Agrégé de grammaire, auteur d’un Datif éthique apprécié des ermites de la Sorbonne, socialiste, franc-maçon, marié, six enfants, et vous volez dans les supermarchés ! Surtout du whisky ! Bon, il te va me soigner vite fait cette kleptomanie écossaise, sinon gare ! Compris, prof ? Non. Stop ! Me dîtes pas que le vol est la forme post-moderne de la cueillette : ça va ce refrain. Alors : Talisker, Oban, Glenlivet, Laphroaig, que préfère-t-il ?

24 / D’autres malheurs ? Je veux ! Vous les attirez. Ça ira de pire en pire. Le récit larmoyant de vos échecs perso et déconfitures commerciales m’a ennuyé. Chez vous, foirer est une seconde nature ; et le ratage perpétuel, un destin (si médiocre soit-il). Obscène est l’exposé de vos impuissances ; dorénavant, gardez-les pour vous, merci. À présent, allez à votre perte. Et allez-y de bon cœur : pas d’autre issue. N’essayez surtout pas de finasser.

, , , ,
Fabrice Thumerel

Critique et chercheur international spécialisé dans le contemporain (littérature et sciences humaines).

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *