[Texte - livre] Arnaud Talhouarn,

[Texte – livre] Arnaud Talhouarn, « Hymne moderne », dans Avant-guerre

février 25, 2024
in Category: Création, livres reçus, UNE
0 561 15
[Texte – livre] Arnaud Talhouarn, « Hymne moderne », dans Avant-guerre

« Candidat à l’héroïsme de la pensée » (p. 31), Arnaud Talhouarn s’adonne à des « Ascèses et autres exercices de rumination » – « écrits délabrés dont émane un lyrisme purifié : le renoncement à l’expression de soi restitue « tout au-delà de tout » » (42). D’où ce titre Avant-guerre, dont la signification est avant tout d’ordre spirituel, puisqu’il s’agit de se préparer mentalement à la lutte intérieure. L’intérêt de cette deuxième partie réside dans son lyrisme sec et acéré que dynamise la tension entre parole et silence.

« Hymne moderne » est un Agencement Répétitif Neutralisant (ARN) qui appartient à la première partie, « Fragments autobiographiques » : son titre ironique rend compte de l’aliénation de l’hommoderne, qui voue un véritable culte à son corps (Egobody pour Robert Redecker) et sature son espace existentiel pour se plaindre ensuite de sa solitude ; homo mecanicus, il substitue à sa conscience libre le sentiment d’avoir bien rempli sa fonction, sa pure efficacité masquant son vide intérieur. Autosuffisance illusoire de l’hommoderne… /Fabrice Thumerel/

 

Je travaille, je suis productif.
Je fais du sport régulièrement car c’est hygiénique.
Je ne fume pas car ce n’est pas bon pour la santé, en particulier pour le souffle.
Je rencontre les amis qui sont capables d’arranger des rendez-vous avec moi dans l’intersection ménagée par les disponibilités de leur emploi du temps, et celles du mien. Eux non plus n’ont pas le temps.
Je rencontre mes amantes par les réseaux numériques car je n’ai pas le temps. De toute manière je ne les touche pas, ou bien brièvement et mal car je n’ai pas le temps (je travaille) ou alors je suis fatigué (je fais du sport car c’est hygiénique).
Je consulte dès le matin mes messageries car j’espère que quelqu’un quelque part m’aime et pense à moi. Je les consulte une demi-heure après, dans le même espoir. Je les consulte sans arrêt tout au long de la journée, dans le même espoir.
Je travaille néanmoins, je suis productif.
Je suis heureux. Mon bonheur est immense et pur.

 

Arnaud Talhouarn, Avant-guerre, Décharge/Gros textes, coll. « Polder 200 », 2023, p. 13-14.

 

 

, , , ,
Fabrice Thumerel

Critique et chercheur international spécialisé dans le contemporain (littérature et sciences humaines).

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *