[Chronique] Sébastien Ecorce, Deux notions de la liberté : libérale, républicaine

[Chronique] Sébastien Ecorce, Deux notions de la liberté : libérale, républicaine

juin 27, 2024
in Category: chronique, UNE
0 647 12
[Chronique] Sébastien Ecorce, Deux notions de la liberté : libérale, républicaine

Il est possible d’évoquer deux notions de liberté, « libérale » et « républicaine ». La renaissance de cette dernière constitue un phénomène assez récent si l’on considère un temps assez long, alors qu’elle a été supplantée par la conception « libérale » de la liberté.

La conception de la liberté comme non-domination remonte à la Rome classique, où il était reconnu que l’esclave qui avait la chance de ne pas subir beaucoup d’interférences de la part de son maître ne serait toujours pas libre. Selon ce point de vue, même s’il avait un maître, même un maître non interférant, l’esclave devait endurer la « dominatio » ou la « sujétio », que les Romains considéraient comme « l’antonyme » de la liberté. L’idée défendue par les « républicains romains » était que, contrairement à « l’esclave », le « citoyen » est protégé par la loi contre la « domination » dans les choix essentiels à la vie humaine et compte donc comme une personne libre. Cet « idéal » du citoyen libre et non dominé est devenu la pièce maîtresse de la pensée ultérieure dans les villes du nord de l’Italie médiévale, dans les républiques hollandaise et anglaise du XVIIe siècle.  Adoptée par des personnalités aussi différentes que Machiavel et Locke, Montesquieu et Rousseau, cette notion de liberté a joué un rôle central dans les révolutions américaine et française. Il existe aujourd’hui une riche histoire de la pensée républicaine sur cette longue période à considérer, qui a émergé sous l’impulsion de J. Pocock et en particulier de Quentin Skinner.

La  « vision républicaine » de la liberté a été explicitement remplacée par la conception libérale de Jeremy Bentham à la fin du XVIIIe siècle, bien que Hobbes ait initié sa démarche. Bentham faisait bien la distinction entre « liberté » et « sécurité », et assimilait la liberté à l’absence d’ingérence, aussi peu sûre que puisse être son absence. Il était lui-même un réformateur, mais sa notion de liberté fut bientôt reprise par les libéraux classiques qui l’utilisaient pour argumenter contre un « État expansif » et en faveur d’un « marché expansif ». Ils ont estimé que même lorsque l’État parvenait à restreindre l’ingérence privée des uns dans la vie des autres, il le faisait en imposant une ingérence publique et devait limiter autant que possible son rôle. En ce sens, ils ont fait valoir que, même si les employés ou les consommateurs se comportent de manière « inefficiente » sur le marché, ils le font dans le cadre de contrats qu’ils ont conclus, de sorte qu’il n’y a apparemment aucune ingérence. Ainsi, ils ont pu utiliser « l’idéal de liberté » comme « non-ingérence » pour soutenir un « veilleur » de nuit, un État minimal et un « marché maximal », assez « extensif » et non réglementé.

© Josh Kline, Unemployment, 2016

Le « libéralisme classique » correspond assez bien aujourd’hui au « néolibéralisme », tel qu’on l’appelle. Mais le libéralisme de « centre-gauche » – le libéralisme au sens « américain » du terme – a un caractère très différent. Il assimile généralement la liberté à l’absence d’ingérence, mais contrairement au « néolibéralisme », il ne fait pas de cette liberté « l’idéal » principal de la politique mais considère l’une ou l’autre version de « l’égalité distributive » comme étant tout aussi importante. Pour cette raison, le libéralisme de « centre-gauche » défend souvent des politiques similaires à celles que soutiendrait le « républicanisme », et contraste presque aussi nettement avec le « néolibéralisme ».

Est-il juste d’attribuer la liberté comme non-ingérence aux libéraux et la liberté comme non-domination aux républicains, étant donné que l’adéquation entre ces « idéaux » et ces « traditions » n’est pas parfaite ? L’idée de la « liberté » en tant que « non-ingérence » est plus ou moins largement adoptée par les libéraux de tous bords, de sorte qu’elle compte comme un « trait d’identification » naturel. Et même si l’idée de la liberté en tant que « non-domination » a pu être adoptée par de nombreux penseurs non républicains jusqu’au XVIIIe siècle, c’est néanmoins cette conception qui a mobilisé tous les mouvements et révolutions républicaines historiquement importantes.

Un bon exemple de domination qui pourrait déranger un « républicain » mais pas un « néolibéral » nous ramène à la sphère du monde du travail. Les Républicains se plaindraient certainement si la relation de travail donnait un tel pouvoir aux managers qu’ils pourraient traiter un travailleur de diverses manières indésirables sans que l’employé puisse s’opposer à ce traitement. L’employé peut ne pas avoir ce pouvoir parce qu’il n’y a pas de syndicat pour soutenir une plainte, parce que la loi n’offre aucun recours contre l’employeur, parce que quitter volontairement son emploi serait dangereux, ou quoi que ce soit d’autre. Mais là où les « républicains » diraient que la liberté du travailleur est restreinte dans cette situation, les libéraux diraient probablement qu’il n’y a aucune interférence avec quelqu’un qui consent, et que si les dirigeants se voient accorder le genre de pouvoir illustré par le contrat de travail, ils ne feront rien. « L’exercice » de ce pouvoir compromet la liberté du travailleur. Les Républicains nieraient que les contrats puissent opérer une telle différence, soulignant que dans la mesure où un contrat permet la domination, il réduira la liberté de la partie dominée. Il n’est donc pas surprenant que même les « républicains romains » aient condamné le contrat d’esclavage : le contrat par lequel des étrangers persuadaient parfois des personnalités de l’élite romaine de les ramener à Rome en échange de leur volonté de servir comme esclaves.

© Josh Kline, Lies, 2017

Bentham était principalement motivé par un souci d’exactitude en distinguant la liberté entre la « non-ingérence » et la « sécurité », et en rejetant l’idée républicaine selon laquelle la liberté exigeait « l’absence sûre » d’ingérence, ce que garantirait la « non-domination ». Mais il est frappant de constater que la plupart de ceux qui ont adopté sa vision de la liberté comme « non-ingérence » avaient intérêt à justifier les « asymétries de pouvoir » en les présentant comme compatibles avec la liberté. C’était sûrement le cas des « libéraux classiques » qui souhaitaient justifier « l’asymétrie du pouvoir » dans les relations entre employeurs et salariés, et en même temps mettre la régulation de ces relations hors de portée du droit. Mais ce n’est pas la seule façon dont la nouvelle façon de penser peut être utilisée pour justifier une « asymétrie du pouvoir ». Du vivant de Bentham, et initialement sans aucune objection de sa part, elle fut invoquée pour défendre la puissance coloniale britannique en Amérique. Les défenseurs ont fait valoir que les Américains n’avaient pas de plainte particulière contre l’imposition de lois par Westminster puisque les citoyens britanniques étaient également soumis aux lois de Westminster ; à ce propos, les deux peuples ont subi des interférences et aucun n’a été plus mal loti que l’autre. Les « penseurs républicains » de l’époque n’ont pas tardé à souligner, bien sûr, que si les Américains étaient soumis aux lois d’une puissance étrangère interférente, les Britanniques étaient soumis à leurs propres lois, ou du moins aux lois élaborées par leur propre gouvernement. En d’autres termes, les Américains étaient soumis à un « dominus » étranger et n’étaient pas libres au sens républicain du terme, tandis que les Britanniques ne souffraient pas d’une forme de domination similaire.

(…)

Sébastien Ecorce, Professeur de neurobiologie, Pitié-Salpêtrière, Icm,
co-responsable de la plateforme de financements, gribouilleur, créateur graphique et sonore, pianiste.

, , , , , ,
librCritique

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *