[Création] Daniel Cabanis, Groupes de parole 4/6

[Création] Daniel Cabanis, Groupes de parole 4/6

janvier 21, 2024
in Category: Création, UNE
0 513 21
[Création] Daniel Cabanis, Groupes de parole 4/6

[Lire/voir la 3e livraison]

4 — Salon vert / Verbatim

Groupe D : Narthan Boler / Jalef Gayani / Azine Mopar / Vincel Gohr-Midelains / Seck Helladji

J’ai eu des difficultés avec Râ Garcinov qui préparait un Répertoire des écrivains non-alignés. Je ne répondais pas à ses appels, ni à ses mails ; à mon avis, entrer dans un répertoire c’est déjà s’aligner. Il a insisté longtemps : Eh abruti, tu veux en être, oui ou non ? Il n’était pas si poli, j’édulcore. J’ai tenu bon. Mais quand son Répertoire est paru, j’étais dedans ! Avec le gratin des nuls notoires. Je suis grillé.

Je suis tombé malade après avoir vu à la télé un documentaire sexy sur le beau métier d’infirmière en secteur psychiatrique. Ça m’avait donné envie. J’ai consulté : j’ai expliqué mon cas. Dans un premier temps, les psys m’ont ri au nez en repoussant mes offres de service. Mais je suis têtu, j’ai fait une fixation. Avec rechute perpétuelle. Et ils ont dû m’hospitaliser. Chambre 521. Excepté les jours de sortie.

Dans mon immeuble (= 18 logements), au cours des trois dernières années, tout le monde a été cambriolé (parfois à plusieurs reprises), sauf ma pomme ! Comme je suis le seul résident dont la porte n’est toujours pas blindée, cela me désigne bien sûr comme suspect n° 1. Donc, on a brûlé mon paillasson, tué mon chien, rayé ma voiture et lapidé ma fiancée Soni. Tout ça pour rien. Suis chez moi : j’y reste.

Pour l’été, j’avais loué (payé d’avance) deux mobil-homes dans un camping, au Grau-du-Roi. Deux, pour avoir mes aises. Finalement, je n’y suis pas allé, non, je suis parti en Bolivie (pass’que Le Grau-du-Roi, merci !). Eh bien, on a trouvé ma désinvolture suspecte. La police m’a convoqué : Pourquoi la Bolivie ? Pour rejoindre le Che, j’ai dit, la guérilla ! Ils n’ont pas ri. Ils m’ont accusé de narcotrafic.

Avec les copains du syndicat, on a fait un calendrier en couleurs où on posait nus. Avec un treizième mois, s’il vous plaît ! On n’est pas des athlètes grecs (ni des hardeurs latins) : on a du bide, du poil, du mou, des scolioses, des varices, mais ça a plu quand même. Et on a réimprimé trois fois. Le secrétaire général du syndicat n’a pas aimé ce succès : Connards libidineux ! il a dit. On a dû rendre nos cartes.

, , , ,
librCritique

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *