[Chronique] TXT, n° 36, par Lambert Castellani

[Chronique] TXT, n° 36, par Lambert Castellani

septembre 27, 2023
in Category: chronique, livres reçus, UNE
0 1623 26
[Chronique] TXT, n° 36, par Lambert Castellani

TXT, éditions Lurlure, n° 36 : « On a marché sur la langue », septembre 2023, 248 pages, 21 €, ISBN : 979-10-95997-50-4.

 

Pourquoi publier un dossier sur Arno Schmidt aujourd’hui ?

L’édito de ce TXT 36 nous éclaire. Du côté de la poésie actuelle, trop de « ségrégation lexicale » et de versification comme « simple découpage syntaxique ». Le reste de la littérature ? Dominé par les sujets d’actualité traités dans des langues aux « irrégularités calibrées » garantissant un « taux suffisant de vécu authentique ».

En face, l’œuvre de Schmidt, tous azimuts, brise, recolle, décolle face à la brise, se plaît à dépourvoir quand la bise est venue, nous encolle, fusant, plein le fût. Récuse le déjà-vu. Carnavalesque, zutique, hétérogène, sarcastique, faite de « malversations étymologiques », de « détournements d’idiotismes », de « pillages littéraires » bien que toujours extrêmement minutieuse dans le massacre, c’est l’esthétique TXT que Typhaine Garnier et Bruno Fern martèlent en sourdine en faisant mine de présenter les caractéristiques du style schmidtien.

Affranchis des convulsions maoïstes et des convolutions lacaniennes (l’absolument d’époque ne fait pas l’absolument moderne), les TXT nouveaux semblent ainsi vouloir rappeler que la lutte entamée il y a plus d’un demi-siècle par Christian Prigent et sa bande de chiffonniers est toujours d’actualité, et qu’il s’agit de ne pas baisser l’avant-garde face aux vagues jamais tout à fait nouvelles de l’écrit vague, de l’empoissé. De l’empesé. De l’emballé c’est pesant.

Dans Point d’appui (POL, 2019), Christian Prigent : « TXT : projet éditorial… Ce qui liait ceux qui firent cette revue : la haine de la poésie « , et c’est bien ce même geste qui préside à la direction de TXT 36.

Le dossier Schmidt dont les angles proposés par les différents contributeurs permettent de mieux saisir la densité de Zettel’s Traum, œuvre tardive inédite en français, en offre un extrait excellemment traduit par Typhaine Garnier et Christian Prigent, avec la collaboration de Norma Cassau. Attention notable : la netteté avec laquelle ce dossier est organisé témoigne d’un souci pédagogique et permet aux cancres (moi) de ne pas se sentir trop intimidés par une œuvre réputée difficile. On s’attache particulièrement au texte de Thibaut de Ruyter qui, drôle et sensible, est également vendeur (preuve par la consommation – ultime, donc : c’est après l’avoir lu que ledit cancre a commandé illico Le Cœur de pierre).

Photo de Marie-Hélène Dhénin

Dans sa seconde partie, ce TXT 36 présente les contributions d’auteurs plus ou moins sortis de l’œuf. Les vieux pots y prouvent qu’ils savent encore faire la bonne poupou : Pierre Le Pillouër nous plonge dans l’école des années cinquante (aux nostalgiques : lisez donc si c’était mieux avant) dont le Maître tout-puissant (« sa voix […] nous fait presque uriner quand elle tonne ») s’oppose à la Mère sur presque tout sauf « la nécessité de taper sur les enfants […] c’est une BATTANTE ». La liberté d’un travail à la lettre près emporte ces souvenirs d’enfance dans un rire cruel et tendre, et trouve son écho à l’autre bout de l’existence dans le poème qui clôt ce numéro 36.

Christian Prigent, crépusculaire, y livre son TESTAMENT CHINO en 31 strophes dédiées aux amis, aux proches, au trop proche (le voisin), aux trop loin (Paul Otchakovsky). Du vivant tordu de douleur et de rire pleines dents de se voir si tortillant du dedans :

XXXI 

Quant à la viande qui a mal
Autour de mes os que la barge
Emporte ce legs aux décharges
– Et s’en goberge l’animal !

♦♦♦♦♦

Les jeunes auteurs tiennent également une place de choix  –  et la dragée haute :

Dans SPASH !, Tara Mer-Nimier propose une écriture très inventive et, s’emparant d’un lexique d’apparence bas de gamme(marques de hard-discount, références à nos quotidiens tristement technologiques), donne à entendre une étrangeté rigolarde qui se dérobe dès qu’on croit s’en être approché. Une voix nouvelle à suivre de près.

Élie Dabrowski présente un dispositif proche du field recording : le brouhaha retranscrit, dont la lecture semble d’abord si difficile, s’efface dès lors qu’on accepte d’y entrer comme on entre dans la foule. Drôleries, moments de la vie quotidienne voire ménagère, saillies, jeux de mots, hallucinations visuelles, références paléolithiques plus ou moins clarifiées… C’est une foule compacte et hétérogène qui déborde, là encore, du vivant dont on nourrit les textes généreux.

On a également plaisir à lire Philippe Labaune, dont la langue géographique n’est pas synonyme d’inflammation glossique, ainsi que Ludovic Bernhardt qui présente de courts textes au vocabulaire techniciste comme autant de décors à réactiver. Émilien Chesnot, désormais habitué de TXT, a faim. Dans le poème Picnic, prairies Saint-Martin, Rennes, ses vers se nourrissent d’un pâté de langue qu’on croirait pâte-mot. Ajoutons les proses sous contraintes de Dominique Quélen, et ces contributions — toutes irrégulières — finissent de délimiter les contours du style TXT nouveau.

Enfin, les pages collectives nommées gazetxte : excellentes, toutes, et de haut en bas. Détournements, fausses annonces, jeux plus ou moins formels : et si c’était là aussi que se nichait l’esprit TXT ?

Et si ce TXT 36 était un passage en revue des forces en présence ? Et pour défendre quoi ? L’idée, peut-être, que malgré les discours qui tendent à n’en faire plus qu’une étape de l’histoire littéraire, les questions posées par l’ancien TXT sont toujours à même de faire bouger les lignes. Que le poil à gratter Prigent & consorts qu’on sort plus que pour faire chic a encore de quoi détonner.

Il faut donc ne jamais cesser de marcher sur la langue (le titre de ce TXT 36 évoque le roman de Schmidt On a marché sur la lande), c’est-à-dire sur les brisées de ceux qui favorisent « l’oubli de la langue dans la connivence réflexe du poème » (TXT 32).

, , , , , , , , , , , , ,
librCritique

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *