[Texte] Daniel Cabanis, Sentier lumineux des embryons (6/6)

[Texte] Daniel Cabanis, Sentier lumineux des embryons (6/6)

janvier 5, 2022
in Category: Création, UNE
0 514 18
[Texte] Daniel Cabanis, Sentier lumineux des embryons (6/6)

Ce début d’année voit la fin de la série proposée par Daniel Cabanis, passé maître dans l’art de l’humour caustique… [Lire/voir le « Plan de carrière n° 5 »]

 

Plan de carrière n° 6

Les derniers seront les derniers : ce qui n’est que justice.

 

POUR DEVENIR PREMIER DONNEUR D’ORDRES

 Dans cette branche, il y a plus de receveurs que de donneurs et c’est là une bonne chose (a contrario l’anarchie régnerait). Tout n’est pas rose pour autant. Parfois le receveur se rebiffe. Il feint d’être sourd, glande, renâcle, temporise ; bref il n’obéit pas (ou il obéit mou, de travers et en différé), il faut alors lui vomir dessus un rude rappel à l’ordre et agiter la menace de sanctions : lobotomie, mutilation, etc. Souvent cela suffit à dégonfler les simples têtes de mules. Aux récidivistes et autres DURS à cuire s’il y en a, on applique la SOLUTION ; donc on les vaccine ou on les met au jus dans un bain-marie et adieu Berthe les voilà matés. Ces cruautés sont nécessaires (bien qu’elles répugnent). Quand la situation est enfin stable, la lutte finale entre les donneurs peut commencer. Les prétendants se pressent. On s’agite, on vocifère ; tous, ils ont la niaque. Qui va gagner ? Ça va se jouer au schlass et au lance-flamme. Celui-là qui a une grande gueule et les coudes en pointe est favori mais celui-ci qui rue dans les brancards et distribue claques et coups bas en série est jouable aussi. Et cet autre, tiens, qui tape du poing, se hausse du col et brandit un croc de boucher, comme il fait peur ! AH sûr, ça va saigner. Et c’est parti. Furieuse EST la mêlée. Les boiteux, les asthmatiques, les tubards, les bègues et les bigleux aussitôt étrillés débinent sans donner suite. Ça dégage SEC. Ça fait place NETTE. Reste en lice une dizaine de compétiteurs qui s’envoient des impératifs à la figure et s’invectivent : des politiciens, bien sûr. La mêlée reprend, on s’arrache les cheveux et le cuir, on s’étripe. Ça flingue. On s’entretue. Le gagnant est celui qui, armé d’un puissant mégaphone, ordonne le cessez-le-feu : s’il est obéi.

, , , , ,
librCritique
librCritique

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.