[NEWS] Ce que la poésie fait tenir... Rencontre REMUE.NET avec Virginie Poitrasson et Stéphane Nowak Papantoniou

[NEWS] Ce que la poésie fait tenir… Rencontre REMUE.NET avec Virginie Poitrasson et Stéphane Nowak Papantoniou

juin 10, 2023
in Category: livres reçus, News, UNE
2 1022 25
[NEWS] Ce que la poésie fait tenir… Rencontre REMUE.NET avec Virginie Poitrasson et Stéphane Nowak Papantoniou

Rencontre & lectures [Réserver au plus vite]
Mercredi 14 juin – 19H, Maison de la poésie Paris

Ce que la poésie fait tenir…

Virginie Poitrasson & Stéphane Nowak Papantoniou
Rencontre proposée par Remue.net et
animée par Fabrice Thumerel

Enfant de la catastrophe,
notre ordinaire est chaos.
Le calme est une accalmie non ordinaire.
Nous ne sommes que bouleversements.
(Virginie Poitrasson, Tantôt, tantôt, tantôt, p. 67).

Les immeubles, les glaciers, les certitudes :
tout s’effondre, sans attendre ni crier.
(Stéphane Nowak Papantoniou, Ça ne tient plus, p. 48).

 

Ça ne tient plus… Quoi ? L’humanité. C’est-à-dire notre consistance et celle de notre monde. Si tout croule autour de nous, alors règne la Peur. Quels sont nos monstres ? En quoi « la situation de l’homme actuel » est-il un « Devenir-fragment » ? Quel imaginaire, quelles figures de la catastrophe Virginie Poitrasson et Stéphane Nowak Papantoniou convoquent-ils ? Quels rapports entretiennent-ils à l’écopoésie ?

Comment contenir un effondrement qui « a déjà eu lieu depuis belle lurette » ? Comment contenir notre monde effroyable, ce « pays d’Effroi » qui, selon Virginie Poitrasson, « est parcouru de trois grands fleuves appelés Catastrophe, Terreur et Abjection » ? Par l’incontenable poésie, qui permet de ne plus être parlé et, contre le chaos, de maintenir l’ouverture des possibles…

Mais quelle poésie ? Dans Ce qui fait tenir, Christian Prigent avance que « ce qui fait tenir la langue poétique », c’est le « réel : la chose, rien, l’in-sensé » (P.O.L, 2005, p. 20-21). Stéphane Nowak Papantoniou n’est pas loin de lui emboîter le pas quand il part du même constat que nous sommes parlés alors que nous pensons nous exprimer ; et de revendiquer une poésie qui troue les discours tout faits : « Pour traverser les mur des expressions, il faut te faire passe-muraille » (p. 59). Est-ce cette poésie incisive, pour cligner aussi du côté de Philippe Beck, que relève le « poème de bascule » (p. 56) ? Quant à Virginie Poitrasson, sa prémisse  tient sans doute dans cette phrase : « Là où l’on se tient muets, de l’autre côté du langage, sur le versant interne, il restera longtemps un avant-goût de la mort. » D’où l’élaboration d’un Objet Poétique Complexe (OPC) dans lequel la ritournelle conjure nos effrois, nos monstres et nos catastrophes.

Ce dialogue inédit entre les deux poètes, entrecoupé de lectures, abordera quelques questions fondamentales que se pose la poésie aujourd’hui. /FT/

♦ Écrivain, performeuse et traductrice, Virginie Poitrasson explore les frontières entre les langues, les genres et les modes d’expression plastiques (sons, vidéos, sérigraphie). Autrice entre autres d’Une position qui est une position qui en est une autre aux éditions Lanskine, de Le pas-comme-si des choses, Il faut toujours garder en tête une formule magique et Demi-valeurs aux éditions de l’Attente.

♦ Stéphane Nowak Papantoniou propose depuis de nombreuses années des lectures publiques, des performances, des improvisations. Dans ces espaces-là se construisent ses textes qui sont ensuite retravaillés pour l’écrit. Avant Ça ne tient plus, il a publié chez Al dante Tentaculeux et tuberculaires (2012), Glôôsse (2014) et Nos secrets sont poétiques (2020).

À lire : – Virginie POITRASSON, Tantôt, tantôt, tantôt, Seuil, mars 2023.
– Stéphane NOWAK PAPANTONIOU, Ça ne tient plus, éditions Série discrète, hiver 2022-2023.

, , , , , , , , ,
Fabrice Thumerel

Critique et chercheur international spécialisé dans le contemporain (littérature et sciences humaines).

Autres articles

2 comments

  1. Minière
    Reply

    Bien. Et Rimbaud : « C’est faux de dire: Je pense: on devrait dire on me pense. » C’est à dire: je donne quelque chose à penser.

  2. Pingback: [Evénement] Virginie Poitrasson et Stéphane Nowak Papantoniou – Poemata

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *