[Texte] Sébastien Ecorce, Notes, semailles (Mouvement IV)

[Texte] Sébastien Ecorce, Notes, semailles (Mouvement IV)

octobre 7, 2023
in Category: Création, UNE
0 596 22
[Texte] Sébastien Ecorce, Notes, semailles (Mouvement IV)

[Lire le Mouvement III]

 

. L’erreur convertit la plénitude du raisonnement en dégradation infinie

 

. Le fantôme de la douleur n’est pas ce son muet

 

. Vous voyez ce que vous manquez en étant mort ?

 

. C’était l’heure du rien, pas un seul désir dans mon cœur occidental.

 

. Le silence dans lequel tu te déplaces est ma voix qui te poursuit

 

. La remémoration autobiographique dépend souvent des ressources de notre écologie de la mémoire, y compris les objets évocateurs et les systèmes de mémoire transactive

 

. Taxidermiste, reposez-vous sur votre peau.

 

. Vicier l’ennui en imposant sa propre révolte.

 

. Tenez, écoutez-moi, dit-il, car je vois que vous n’êtes pas encore horrifié comme vous devriez l’être.

 

. Il porte le soir à sa bouche pour que la rouille ne le ronge plus sous l’oxyde rouge d’une aile

 

. Tu laisses dans l’air ton odeur de métal et de femme, le flux d’un insecte cuit dans l’argile

 

. Il ne peut être  constitué par le contenu de son récit de soi, si les traits, actions et expériences qui y sont incluses, en vertu de cette inclusion, ne sont pas encore les siennes, ou alors il s’en réfèrerait  d’une auto-constitution narrative.

 

. Il n’y a pas de raison pour la vanité et aucune pour la fierté : c’est juste une question d’assemblage de mots en lignes, puis en les divisant, les suspendant, (ou les laisser se diviser), en espérant qu’ils sonnent bien ou mal.

 

. La linéarité peut faire écran au récit. Il faudrait au contraire chercher le trou dans cette linéarité, pour qu’il soit plus difficile d’articuler et de réfléchir à des parties de récits trop largement conformes à la réalité. Il faudrait  se lier avec souplesse à cette contrainte mesurée de la linéarité, en se laissant porter par ce trou, à ce qui fait écran, et ses tentatives avortées d’articulation.

 

. Il avait été mu par l’insondable main invisible

 

. La dévotion défait le mirage des frontières.

 

. Tu sais, l’idée de perfection dans un poème est assez stupide… Parce que si rien d’autre n’est parfait, pourquoi un poème devrait-il être parfait ?

 

. Une économie est un système d’échanges apparemment volontaires mais en réalité involontaires.

 

. Penser comme le contraire de savoir

 

. Votre pauvre idée du paradis : l’absence

 

. Tous les poètes sont de dangereux narcissiques, désireux d’assurer leur propre héritage, dit le vieux poète après une courte pause, et vous deux ne faites pas exception, je le vois d’ici, vous, tout comme je ne fais pas exception, et regardez où cela m’a mené

 

. Les poètes sont les plus dangereux et les plus mégalomanes de tous les types de personnes, disait le vieux poète. Derrière chaque génocide ou dictature, il y a toujours un poète quelque part, et c’est une pitié que nous ayons été épargnés par les conséquences des plans insensés

 

.  On ne peut pas entrer dans le silence des autres

 

. Seule l’excellence interne est déterminante, et lorsque celle-ci existe, il ne faut pas se laisser rebuter par l’apparence extérieure.

 

. Le retard est l’un des plus grands atouts de l’art.

 

. Seule une affliction constante dévoile un ailleurs.

 

. Le passé est toujours intact dans son immensité docile.

 

. Il souhaitait une vie consacrée exclusivement à la surface des choses, à la seule révélation d’une étendue.

 

. Contre l’obsession, une redondance effractive de la beauté.

 

. Les après-midi de corail les privaient d’une forme naturelle de respect –  ils étaient là – des âmes stagnantes dans une beauté digressive.

 

. Le cœur répond toujours après-coup.

 

. Prolifération, et pour d’autres la cartographie de la convergence.

 

. C’est l’éveil de la vie sexuelle en moi, je crois, qui m’a d’abord révélé la beauté de la nature inanimée.

 

. Le rythme instancie la vérité

 

. Peut-être ne sommes-nous pas tout à fait seuls dans notre chambre vide, dans notre atelier mental : si tant aiment la solitude, c’est peut-être parce qu’ils ne sont pas vraiment seuls. Il y a vraiment une voix plus haute qui parfois — trop rarement — parle – et nous fait plier –

 

. L’amitié est impossible à surestimer- elle est fondamentale pour les réalisations spirituelles les plus élevées de la vie. La solitude prend sa valeur fragmentaire

 

. Les traits qui regardent en arrière sont hermétiques. Ils refusent l’encombrement du langage. Pourtant, il s’accroche à ce qu’il a créé ; c’est lui qui a plongé dans l’abîme sans mots et a nommé tout ce qui pouvait être nommé

 

. A peine sortent-ils d’une image qu’ils plongent dans une autre. Comme s’ils étaient insatiables.

 

 . Les faits de vies qui ne sont pas pour autant des évènements, s’ils peuvent être pour certains fantomatiques, n’en demeurent pas moins à devenir plus complexes et obscurs, plus fins, plus ambigus, plus entrelacés, plus liés,  autrement dit, tels qu’ils sont déjà là, présents, vicariants, et encore à tenter de les nommer et de les écrire, c’est-à-dire, lorsque du statut d’actes relatifs ils en évoluent à celui d’actes absolus

 

. La coulisse de l’acte, c’est peut être quand le mot nous mène en surface et en profondeur, et qui vise l’équilibre d’un moment, un point d’entrée dans l’infini des variations.

 

. S’il peut être un secret du poème, ou une forme d’énigmatique, ce pourrait être celui l’extra conjugalité durable à l’épreuve de sa grammaire

 

. Dénuée de mémoire, elle vivait sa vie simplement sans extase.

 

. Que j’ai toujours aimé une tempête qui ne peut pas me toucher n’est pas un secret

 

. Ce que le moi forme autour de ne peut pas être défait.

 

. « Je veux voir la peau de la lumière ». Je veux voir ce qui l’épuise à la rendre inadéquate. Je veux voir son anti-corps. Son spectre dans sa densité de marquage. Son hésitation. Son bas débit. Sa perte d’adhérence focale. L’alignement sans correction de dérive. Sa qualité excitatrice.

 

. Et cette façon de s’enrouler autour du son. Comme un sommeil à créer un sommeil plus profond.

 

. Les sondes fluorescentes diffusibles sont des arbres conjugués avec des brins d’ancrages

 

. L’imagerie accélérée d’un seul poème suivie d’une reconstruction d’image

 

. La génération de schémas de coloration n’est pas standard

 

. Les motifs de colorations imagées co-localisent

 

. L’acquisition d’image est une sonde d’imagerie vers_

 

. La chimie du clic fait passer le corps au titre de marquage et retrait

 

. Soigner ses verbes. Ne rien transformer. Ne rien oublier et tout apprendre. Accepter la géométrie d’une grande solitude. Accepter le point d’affectation. Sa diffusion. Modifier sa capacité à être affecté. Etre conscient du point d’attraction. Se souvenir qu’on n’accède à une chose qu’à travers un paysage de choses et que dans le monde des relations indirectes, chaque expérience se reflète dans une autre. Que le fragment n’a de prévalence que de son mouvement qui le déterritorialise. Qu’il oscille entre l’éclat des multiplicités, des discontinuités, et cette composition qui en est l’impossible unité

 

. Se déprendre d’un moi qui n’a pas de place entre le nous et le rien.

 

. Il ne s’agit pas de liquéfier. Il s’agit de durcir

 

(…)

Sébastien Ecorce
Professeur de neurobiologie Pitié Salpetrière, Icm,
co-responsable de la plateforme Neurocytolab,
bricoleur de mots, créateur graphique.

, , , ,
librCritique

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *