[Chronique] François Crosnier, « Le théâtre des (quatre) opérations » (à propos de Jules Vipaldo, On ne badine pas avec)

[Chronique] François Crosnier, « Le théâtre des (quatre) opérations » (à propos de Jules Vipaldo, On ne badine pas avec)

avril 3, 2024
in Category: chronique, livres reçus, UNE
0 1104 19
[Chronique] François Crosnier, « Le théâtre des (quatre) opérations » (à propos de Jules Vipaldo, On ne badine pas avec)

Jules Vipaldo, On ne badine pas avec / ou/ La DeuXième Année d’AritThmétique / d’Aride MéTRIQUE / [Manuel à l’usage des primaires, des pouëtes et des pitres] /Avec trente-huit planches originales de Jean-Marc Pontier, éditions TINBAD, janvier 2024, 141 pages, 23 €, ISBN : 979-10-96415-64-9.

 

Opéra-bouffon selon l’auteur, On ne badine pas avec apparaît comme un traité arithmético-théologique à forte composante lubrique : Dieu, Diable et Sain-Sexprit, secondés par l’ang(l)e Gabriel et Marie-Sainte-Nitouche, ainsi que par quelques figures de [la] mythologie intime de Jules Vipaldo, s’y livrent à un sabbat placé sous le signe conjoint de Jean-Pierre Brisset et de Nicolas Cirier (plus quelques autres).

Mettons, s’il vous plaît, un peu d’ordre à ces orgies (comme disait Sade) et reprenons depuis le début. Le prétexte du livre est un manuel intitulé « la deuxième année d’arithmétique » qui pourrait être (disons) celui de Leyssenne (1875) et dont quelques définitions et problèmes figurent en exergue de plusieurs chapitres, pour être commentés plus ou moins burlesquement. Voilà pour l’arithmétique. Quant à la dimension religieuse, elle apparaît dès les premières pages avec insistance, d’emblée mêlée au sexe (la tentation du pieux par le démon, qui est partout, qui est partouze) pour culminer (cul-miner ?) dans les chapitres hautement blasphématoires de L’annonciation faite à Marie et L’ang(l)e Gabriel.

Pour le dire vite, l’auteur tire le meilleur parti du potentiel lubrique de l’arithmétique et de l’histoire sainte, et dieu sait que ces deux disciplines n’en manquent pas. À la manière de cet Euclidtoris évoqué parmi d’autres « matheux bossus », Vipaldo nous offre un traité de masturbation des nombres et introduit la méthode axiomatrique. Dans le même temps, il se propose d’introduire de fines allusions/illusions (…) à quelques hauts faits de l’histoire sainte et de l’arithmét(r)ique. En somme,

(…) le peintre s’interroge, dans le désordre de ses sens rompus aux plai(zi)sirs les plus intenses, sur le mystère de la foi, l’annonce faite à Marie et la sainte trique-niquée appliqués aux mathémat(r)iques…

D’emblée, le lecteur est pris dans un flux sans retenue de jeux de mots sexuels qui n’est pas sans faire penser à Brisset (évidemment) mais aussi à quelques-uns des fous littéraires recensés par Queneau, puis Blavier, notamment le quadrateur J.P. Lucas, avec une différence fondamentale qui est celle de l’humour dont le livre déborde.

On voit par là que tout glisse, dans la langue, tout glisse et dévisse (…) Que la langue est lubrique (…) Que la langue, c’est le vice (..) Et que s’ouvrent, à chaque mot, les plus chaudes trappes, qui soient (n’est-ce pas) !

Que le lecteur lettré (sensible aux mille allusions littéraires dont la reconnaissance ou l’élucidation font indéniablement partie des charmes de la lecture) et bien décidé à braver pruderie & pudibonderie (…) toujours rimant avec bondieuserie, donc, n’hésite pas à y aller voir lui-même. Dans ce livre marqué au coin d’une frénésie certaine, impossible à résumer mais extrêmement euphorisant, il apprendra de surcroît in fine (s’il ne le sait déjà) que

Le poète n’amuse / n’abuse (plus) personne (…)

L’inspiration est une foutaise (un truc éventé qui ne fait plus bander/mouiller dégun)

Ajoutons (et ce n’est pas une mince remarque) que depuis les superbes rééditions du « correcteur fou à l’Imprimerie royale » Nicolas Cirier (1792-1869), procurées par les Éditions des Cendres à la fin du XXe siècle et au début du XXIe, je n’avais pas pris un tel plaisir typographique, dont il faut féliciter – outre l’auteur – les éditions Tinbad qui ont réalisé un magnifique travail.

, , , , ,
librCritique

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *