[Chronique] Sébastien Ecorce et Stephen Smith, De l’apprentissage automatique : l’envers d’une économie de l’asservissement

[Chronique] Sébastien Ecorce et Stephen Smith, De l’apprentissage automatique : l’envers d’une économie de l’asservissement

juillet 15, 2023
in Category: chronique, UNE
1 907 31
[Chronique] Sébastien Ecorce et Stephen Smith, De l’apprentissage automatique : l’envers d’une économie de l’asservissement

Une femme vivant à Dadaab au Kenya, qui compte parmi les plus grands camps de réfugiés au monde, erre à travers le vaste site poussiéreux jusqu’à une hutte centrale bordée d’ordinateurs. Comme beaucoup d’autres qui ont été brutalement déplacées puis entreposées en marge de notre système mondial, elle passe ses journées à travailler durement pour une nouvelle avant-garde capitaliste à des milliers de kilomètres de là dans la Silicon Valley. Le travail d’une journée peut inclure l’étiquetage de vidéos, la transcription audio ou la démonstration d’algorithmes permettant d’identifier diverses photos de chats.

Au milieu d’une pénurie d’emplois réels, le « travail au clic » représente l’une des rares options formelles pour les habitants de Dadaab, bien que le travail soit instable, ardu et, lorsqu’il est effectué, payé à la pièce. Les espaces de travail exigus et sans air, festonnés d’un fouillis de câbles et de fils lâches, sont l’antithèse des campus quasi célestes où résident les nouveaux maîtres de l’univers.

Chaque tâche représente un étirement du gouffre entre les vastes et croissants ghettos de la vie jetable et une avant-garde capitaliste de bots intelligents et de magnats milliardaires. Un couple entre barbare et le sublime lié en un seul clic.

La même économie de clics détermine le sort des réfugiés à travers le Moyen-Orient. Forcées d’adapter leurs habitudes de sommeil pour répondre aux besoins des entreprises de l’autre côté de la planète et dans différents fuseaux horaires, la population majoritairement syrienne du camp de Chatila au Liban renonce à ses rêves pour servir ceux de capitalistes lointains. Leurs nuits sont passées à étiqueter des images de zones urbaines – maison », « magasin », « voiture » – des étiquettes qui, dans un sombre coup du destin, cartographient les rues où les étiqueteurs vivaient autrefois, peut-être pour des systèmes de drones automatisés qui laisseront tomber plus tard leur charges utiles sur ces mêmes rues. Les sites sur lesquels ils travaillent sont si opaques qu’il est impossible d’établir avec certitude la finalité précise ou les bénéficiaires de leur travail.

A proximité, les chômeurs palestiniens sont les cibles de M2Work, un projet collaboratif entre Nokia et la Banque mondiale, qui vise à attribuer aux « personnes les plus défavorisées du monde » un accès à de nouvelles formes de micro-emploi. Dédiée à la « création d’emplois » dans les pays du Sud, la Banque mondiale considère sans aucun doute le taux de chômage de 30 % de la Palestine comme une opportunité à ne pas manquer – une source inexploitée de main-d’œuvre bon marché, facilement introduite dans la sphère du capital mondial par les grands réseaux de télécommunications sur lesquels nos braves de la « nouvelle économie » reposent.

M2Work n’est qu’une des nombreuses entreprises d’« impact sourcing » qui utilisent le micro travail pour atteindre des segments autrefois inaccessibles de la main-d’œuvre mondiale. L’ONG Lifelong, dirigée par la société Deepen AI, forme des réfugiés syriens à annoter des données pour Google et Amazon. De même, la plateforme à but non lucratif Sama forme des réfugiés en Ouganda, au Kenya et en Inde pour effectuer de courtes tâches de données et recrute activement des réfugiés pour travailler sur Mechanical
Turk d’Amazon. La devise de la plateforme, « Donnez du travail, pas de l’aide », résume parfaitement la philosophie de tels projets.

Sur ce plan, le micro-travail n’est assorti d’aucun droit, d’aucune sécurité ou routine et ne rapporte qu’une somme dérisoire – juste assez pour maintenir une personne en vie tout en étant socialement paralysée. Coincés dans des camps, des bidonvilles ou sous occupation coloniale, les travailleurs sont contraints de travailler simplement pour subsister dans des conditions de vie nue. Cet aspect « racialisé » sans équivoque des programmes suit d’assez près la logique du complexe carcéral-industriel, selon lequel les populations excédentaires [aux États-Unis] – principalement noires ou des minorités – sont incarcérées et légalement contraintes dans le cadre de l’exécution de leur peine à travailler pour peu ou si peu de rétribution. Exploitant de la même manière ceux qui sont confinés dans l’ombre économique, les programmes de micro-travail représentent la transposition de quelque chose qui s’apparente fort un complexe industriel de réfugiés.

Il n’est pas surprenant que l’ancienne PDG de Sama, Leila Janah, ait opté pour la « chaîne de montage virtuelle », plus euphémique, dans le but de déguiser l’appauvrissement en dignité industrieuse. Bien qu’il soit plus sûr que le pire travail informel et, dans certains cas, plus lucratif, le micro-travail reste souvent l’apanage de ceux qui n’ont nulle part où aller. La vérité est que les programmes de micro-travail ciblent souvent les populations dévastées par la guerre, les troubles civils et l’effondrement économique – comme l’ont dévoilé de nombreux défenseurs comme Janah –, parce que ces organisations savent parfaitement que les travailleurs du bidonville de Kibera à Nairobi ou des bidonvilles de Kolkata ne sont guère en mesure de protester contre les bas salaires ou la quasi-absence de droits constatée.

C’est la face cachée de l’automatisation : un complexe dispersé dans le monde entier de réfugiés, d’habitants de bidonvilles et de victimes d’occupations, contraints le plus souvent par la paupérisation, ou bien par le champ de la loi, d’alimenter l’apprentissage automatique d’entreprises comme Google, Facebook et Amazon.

Prenez les véhicules autonomes, une industrie en pleine croissance pour bon nombre des plus grandes plateformes, estimée à 54 milliards de dollars en 2019 et à plus de 550 milliards de dollars d’ici 2026. Une grande partie de la main-d’œuvre dont des entreprises comme Tesla ont besoin est centrée sur le besoin de données propres et annotées pour aider ses véhicules sans conducteur à naviguer dans le trafic. Les images prises à partir de caméras embarquées contiennent de grandes quantités de données visuelles brutes, qui, pour devenir utiles, doivent d’abord être catégorisées et étiquetées. Les données étiquetées montrent ensuite à la voiture comment différencier l’environnement urbain et tout reconnaître, des piétons et des animaux aux panneaux de signalisation, feux de circulation et autres véhicules.

La formation aux données a rarement lieu en interne. Au lieu de cela, des entreprises comme Tesla externalisent le travail vers les pays du Sud. En 2018, plus de 75 % de ces données ont été étiquetées par des Vénézuéliens confrontés aux circonstances les plus désespérées. Au lendemain de l’effondrement économique du pays, alors que l’inflation atteignait 1 million de pour cent, un nombre important de nouveaux chômeurs – y compris de nombreux anciens professionnels de la classe moyenne – se sont tournés vers des plateformes de micro-travail, comme Hive, Scale et Mighty AI (acquis par Uber en 2019), pour annoter des images d’environnements urbains, souvent pour moins d’un dollar de l’heure.

Bien que l’anonymat accordé aux demandeurs sur ces sites rende presque impossible l’identification et la traçabilité des grandes entreprises qu’ils hébergent, on peut spéculer avec une relative certitude que – dans le style prototypique du capitalisme en cas de catastrophe – Google, Uber et Tesla se sont très bien sortis de la crise vénézuélienne.

Tout comme dans les pays du Sud, le micro-travail reste aussi souvent l’apanage des exclus et des opprimés dans les pays du Nord. Dans un exemple assez frappant, la politique pénale finlandaise implique désormais des données de formation pour les startups en difficulté. La société de recrutement Vainu sous-traite des tâches à des prisonniers qui iraient autrement à Mechanical Turk, visant à inaugurer, par ses propres lumières, « une sorte de réforme pénitentiaire. » Pour chaque tâche accomplie, l’organisme gouvernemental supervisant les prisons finlandaises reçoit un paiement, bien qu’il n’y ait aucune trace publique du pourcentage qui revient aux détenus effectuant les tâches. Les efforts de relations publiques gratuits pour présenter le dispositif comme une opportunité d’apprentissage d’une vocation relèvent de la mauvaise foi, surtout quand on considère à quel point le travail est éphémère, étriqué et ardu. Tout comme le travail physiquement stressant de labourer les champs ne prend pas pour raison d’être les intérêts des prisonniers, le travail psychiquement dommageable consistant à montrer à plusieurs reprises à un algorithme les différents sens du mot « pomme » ne concerne pas les perspectives d’avenir de ceux qui le font.

Toutes les plus grandes entreprises du monde sont aujourd’hui alimentées par une foule secrète, dissimulée, de rebuts du système. Les plateformes ont trouvé parmi ceux qui luttent pour rester à flot dans le travail informel – ou bien s’accrochent à peine à une vie dans l’emploi formel – une masse désespérée tentée par la promesse d’une vie meilleure. Une telle promesse, cependant, semble rompue dès qu’elle est effective ; les petits services du secteur informel ressemblent à peine à un modèle pour les micro tâches parcellaires de la grande technologie, sans rien offrir en termes de droits, d’usages, de rôle, de sécurité ou d’avenir.

Smith, Professeur à Duke university. Journaliste indépendant.

Sébastien Ecorce, professeur de neurobiologie,
co-responsable de la plateforme Neurocytolab, Salpêtrière,
Icm, bricoleur de mots, créateur graphique.

, , , ,
librCritique

Autres articles

1 comment

  1. François CROSNIER
    Reply

    Remarquable chronique ! Je la partage et vais m’informer sur cette activité dont j’ignorais tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *