[Chronique] Sébastien Ecorce, Retour(s) de Marx

[Chronique] Sébastien Ecorce, Retour(s) de Marx

mai 11, 2021
in Category: chronique, UNE
0 455 23
[Chronique] Sébastien Ecorce, Retour(s) de Marx

Le spectre de Marx est toujours aussi étendu. Après avoir opéré une forme de révolution (tour) qui l’a conduit de philosophe allemand émigré à maître à penser de la social-démocratie allemande en passant par le penseur révolutionnaire mondial, son influence semble de retour dans les régions du monde qu’il a étudiées et où il a vécu. La crise actuelle du capitalisme, provoquée dans un premier temps par les escroqueries des secteurs financiers (ce qui n’aurait sur ce point pas surpris Marx), puis exacerbée par la montée des inégalités, la pandémie et des problèmes climatiques apparemment insolubles, rend les lectures de Marx plus pertinentes qu’elles ne l’étaient par le passé, et ses idées plus attrayantes pour les jeunes.

Mais le capitalisme de Marx est-il et peut-il être semblable au capitalisme d’aujourd’hui ? Ses idées peuvent-elles être pertinentes maintenant, plus d’un siècle après leur formulation et pendant lequel le revenu mondial par habitant a été multiplié par sept et le revenu par habitant américain par plus de huit ?

Les principales différences entre le monde capitaliste classique du 19ème siècle et aujourd’hui ne sont cependant pas que les salaires sont plus élevés (Marx n’aurait pas été très surpris puisqu’il soutenait que les salaires reflétaient les conditions « morales-historiques » de chaque pays) ou que l’état est beaucoup plus large. Les principales différences sont dans la nature de la classe dirigeante et les effets sur les classes moyennes dans les pays dominants au niveau mondial.

Le sommet actuel de la distribution des revenus dans les économies avancées se compose de personnes qui ont des revenus élevés provenant à la fois du travail et du capital. Ce n’était pas le cas dans le passé. Les propriétaires fonciers et les capitalistes étaient la classe supérieure sous le capitalisme classique, et ils n’avaient guère de revenus autres que ceux qu’ils tiraient de leur propriété. Beaucoup d’entre eux auraient probablement trouvé inconcevable et impensable voire insultant de compléter leurs revenus par des salaires.

Cela a changé. Actuellement, parmi les dix pour cent les plus riches d’Américains, un tiers appartient également aux propriétaires de capitaux les plus riches et aux travailleurs les plus riches. Il y a moins de cinquante ans, cette part était inférieure à un sur cinq ; auparavant, probablement encore plus bas. Cela rend le conflit de classe de nature très différente de ce qu’il était. Il n’y a plus deux groupes, nettement différents par leurs niveaux de revenus et l’origine de ces revenus, qu’ils aient été obtenus par le travail ou la propriété ; seule la première (inégalité) demeure, et dans un état atténué. De plus, au lieu des livres traitant de la classe des loisirs (Thorstein Veblen, Nikolai Bukharin), l’élite du détachement des coupons (« devenir plus riche n’était rien de plus qu’une activité passive pour les riches », écrivait ainsi Stefan Zweig à propos de l’Européen d’avant la Première Guerre mondiale), la classe supérieure d’aujourd’hui est plus susceptible d’être réprimandée pour avoir trop travaillé.

Les riches qui, travaillant durement, héritent de leur capital d’origine ou qui le construisent grâce à des économies tout au long de leur vie active, se marient les uns avec les autres et jouent un rôle politique croissant grâce à des dons politiques, constituent une nouvelle élite. Ils souhaitent transmettre leurs avantages à la progéniture en payant cher pour la meilleure éducation. Leur réussite apparaît dans de nombreuses études qui constatent une diminution de la mobilité intergénérationnelle des revenus. Ainsi, tant l’origine des revenus de l’élite que leur comportement sont différents de la classe capitaliste que Marx connaissait.

La deuxième différence majeure est internationale et concerne la mondialisation. Dans la dernière partie du 19e siècle, les salaires réels britanniques augmentaient. L’explication de Marx pour éclairer cette augmentation était en grande partie basée sur la mondialisation hégémonique, la Pax Britannica. L’élite britannique était disposée à partager quelques « miettes de la table » de son pillage impérial avec les classes inférieures, et à utiliser l’élévation du niveau de vie des travailleurs comme un outil pour exiger la tranquillité ou l’acceptation maussade de l’ordre existant.

Marx ne penserait-il pas alors que l’élite américaine, exerçant aujourd’hui un rôle similaire à celui des Britanniques, poursuivrait des politiques similaires ? Il aurait été surpris que ce ne soit pas le cas. L’élite américaine était cependant largement indifférente car la classe moyenne de son propre comté était attaquée puis creusée par la mondialisation et les revenus de la classe moyenne stagnaient. Contrairement à l’élite britannique, l’élite américaine ne pensait probablement pas que son pouvoir politique pouvait être contesté d’en bas. Qu’il le pensait parce qu’il croyait pouvoir manipuler le processus politique ou parce qu’il pensait que les perdants de la mondialisation ne pourraient jamais s’organiser, ou peut-être parce qu’il était aveuglé par son idéologie, relève d’un exercice de haute voltige des plus incertains. Tous les éléments, et probablement bien d’autres, ont joué un rôle.

Mais le réveil s’il a eu lieu, s’est produit sous la forme de manifestations dites populistes en France, en Espagne, au Royaume-Uni, en Allemagne et aux États-Unis également où Donald Trump a monté, peut-être en grande partie par accident, une coalition de mécontents. Il a fallu un effort particulier de l’élite et une crise sanitaire mondiale pour reprendre le contrôle.

Ces deux développements montrent à quel point le capitalisme d’aujourd’hui dans les principaux pays capitalistes a évolué. Les développements sont ambigus, d’un point de vue politique ou philosophique. Briser la distanciation de classe explicite et avoir une classe supérieure qui ne privilégie pas ses propres ressortissants ou affiliés pourrait être considéré comme une avancée. Mais avoir une classe supérieure dont la position est invulnérable aux mouvements du marché du travail (car elle peut compter sur la réserve et la profondeur de ses capitaux) et de la bourse (car elle a un haut niveau de compétences et des revenus de travail élevés), et tient à transmettre ces avantages à travers les générations, peuvent montrer les mêmes évolutions sous un jour beaucoup moins positif.

Sébastien Ecorce

Prof de neurobiologie, Salpétrière, Icm, responsable financement de projets,
co-fondateur de la plateforme neurocytolab. Ecrivain.

, , , , , , ,
librCritique
librCritique

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *